Dark world

Venez découvrir un monde dangereux où pour survivre il faut avoir un maître ou serviteur et affrontez d'autres couples.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 17 Aoû - 22:25

Kyuki était allé se promener à la foret de bambou, située juste après la frontière de Pyra. De nuit, les reflets de la lune y étaient absolument merveilleux. Il avait revêtu sa forme de loupe de jais. Un gros loup noir, presque invisible dans la nuit, si ce n'est pas le son et ses yeux dorés aux reflets bleutés.

Il aimait se promener sous forme animal car personne ne le voyait comme un dominus, il était juste un grop loup noir au pelage magnifique. Et les forêts de ce pays étaient superbes. Il avait la chance d'ahbiter une propriété aux abords de la frontière et donc de ses forêts.

Lors de cette promenade il tomba sur un petit être épuisé, recroquevillé sur lui même. Il renifla son odeur, vérifiant qu'il était en vie. Il poussa doucement son visage efilé du bout du museau et compris que la créature était inconsciente. Il s'agissait d'un petit neko blond, muni d'ailes ambrées.

Il reprit sa forme humanoide pour vérifer que le jeune homme n'était pas grievement blessé avant de retourner à sa forme canine pour le transporter plus rapidement à sa demeure.

Une fois dans son jardin il se mit à aboyer pour alerté ses employés, des ervus qui pour certains avaient servit son père. Il avança jusqu'à la porte d'entrer et se retransforma pour porter le neko jusque dans la chambre. L'un de ses employés regarda le neko et le netoya avant de lui enfiler des vêtements plus chaud sous les ordres de Nijihi.

Ses employés furent ensuite renvoyés à leur tâches habituelles tandis que Kyuki s'était installé, après s'être habillé et netoyé le visage, près du grand lit dans lequel était instalé le garçon. Malgré les chaudes couvertures celui-ci tremblait toujours, Kyuki se déshabilla alors pliant calmement ses vêtements et les posant sur la chaise avant de reprendre sa forme de loup et de se glisser dans le lit s'installant contre le Neko pour le réchauffer.

Il s'endormit à son tour mais peu de temps et par intermitence. Quand il se réveilla il sentit le jeune homme bouger un peu, à deux doigts du réveil. Il posa l'une de ses grosses et douces pattes sur le torse du garçon et lécha son visage pour le réveiller, couinant doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Mar 19 Aoû - 0:37

A terre, aux pieds de pousses de bambous gisait une petite choses repliée sur elle même.
Un neko. Un petit animal sale et fatigué, couvert du vent frais et humide de cette nuit noire par ses grandes ailes jaunâtres poussées à leurs tailles maximum, et qui pourtant n'avaient pas la possibilités de le réchauffer. Il les aurait volontiers ramener en coquilles, s'enfermant totalement à l'intérieur comme il le faisait lors de ses combat afin de se protégé, mais ses forces restantes ne le lui permettaient pas. Elle trainaient donc lourdement sur le sol. Tous ce qu'il pouvait faire pour l'heure, c'était de rester éveillé et de tenter de se redresser maladroitement.
Il bougea alors très faiblement, essayant de se mettre à quatre pattes, mais sa main dérapa et il retomba sur le sol avant de se recroqueviller de nouveau.

Il avait passer la journée à errer dans cette forêt inconnue, dans la crainte de se faire rattraper par cet homme qui le voulait pour servus ou de tomber nez à nez avec une bête dangereuse issue de la région qu'il ne connaissait pas. Cela faisait plusieurs jours qu'il n'avait rien manger. Il y était habitué, mais cette fois ça faisait peut être un peu trop longtemps. Et faute de retrouver un chemin vers un autre village, il avait errer au hasard, avec pour seul guide son intuition et ses sens toujours en alertes, jusqu'à se qu'il s'effondre à bout de force parmi les longues cannes végétales.

Difficilement, la jeune créature luttait pour ne pas sombrer.

*Non... il ne faut pas que je me laisse aller... si jamais il me retrouve... gnnn... aah... c'est inutile, je n'ait plus aucune force...?! Que... Qu'est ce que...*

Son oreille tressaillit. Le jeune neko plissa ses grands yeux fatigués afin de mieux distinguer ce qui semblait se rapprocher de lui. Un bruit l'avait averti, un bruit feutré, discret qu'il n'était même pas sûr d'avoir réellement entendue. Mais un autre, puis encore un survint. Des bruit de feuilles, de craquements... quelqun... ou quelque chose venaient par ici... un animal... une odeur fauve... de race canine, un chien, peut être l'un de ceux que le dominus avait envoyé à sa recherche... A cette idée son cœur accéléra dans sa poitrine.
Puis dans la nuit, avançant imperceptiblement, une silhouette sombre qui se rapprochait lui apparut...

Il l'observa de ses yeux de chat vacillants, la peur au ventre.

*Non... je ne dois pas...*

Ses paupières trop lourdes menaçaient de se refermer, le laissant balancer entre le néant et cette vision floue. Il avait peur, faim et froid. Il aurait voulut pouvoir se défendre, attaquer, se redresser et lui bondir dessus pour le blesser avant de prendre la fuite, mais son état ne lui permettaient pas. Il se sentait de plus en plus lourd, mais il ne voulait pas se laisser aller, s'il s'évanouissait dieu seul sait ce qu'il adviendrait de lui!...
Ses yeux s'ouvraient et se fermaient lourdement, sans qu'il ne puisse faire quoi que se soit pour se sauver alors que l'autre avançait inexorablement.

*Elle est là. Toute proche. La créature... *


Il observa une dernière fois les pattes noires de la bête maintenant à quelques centimètres de de lui avant de sombrer impuissant dans les ténèbres.


Plus rien. Le noir, le silence, la solitude et le froid. Le néant. Puis enfin, il reprit très légèrement connaissance.

Les yeux toujours fermés, il lui semblait avoir quitter le sol dur et poussiéreux pour un support plus doux et confortable. Et puis le son du vent frôlant les tiges de bambous avait disparut au profit de petits bruits pétillants. Un bruit de braise, un feu sans doute... pourtant, il n'en sentait pas la chaleur, trop loin peut être, ou bien avait il simplement froid de l'intérieur... La nuit avait été fraiche et il en sentait encore les effets sur son petit corps frissonnant en partie dénudé, du moins lorsqu'il se trouvait dehors puisqu'il sentait à présent une légèrement masse moelleuse le recouvrir...
Doucement, il parvint sans faire de bruit à entrouvrir les yeux l'espace de quelques secondes, juste assez pour entrapercevoir son nouvel environnement.
Une lumière ardente dansait devant lui, le laissant deviner les contours géométriques de ce qui devait surement être une cheminé. Il était donc à l'intérieur... très faible encore, il avait un peu de mal à comprendre ce qui lui arrivait. Mais ce qui attira le plus son attention, c'était cette grande silhouette devant le feu qui remuait lentement. Un... humain?... La vue brouillé par la fatigue et la luminosité à contre jour, le neko ne put distinguer d'avantage les formes de l'individu. Dos à lui, celui-ci ne pouvait sans doute pas non plus l'avoir vu entrouvrir ses diamants bleu. Et à peine le chat eu t-il le temps d'analyser ce qu'il venait de voir qu'il replongea aussitôt dans un demis sommeil.

Plongé dans les ténèbres, il grelottait toujours. Il sentait clairement ce froid glacial le dominer entièrement. Pourtant, une douce chaleur vint peu à peu l'envelopper, faisant lentement fuir cette fraicheur indésirée. A ce chaleureux contact, l'animal se détendit lentement, avant de trouver sans ouvrir les yeux la force nécessaire à bouger ses doigts gelés qu'il fit lentement glisser dans ce qui semblait être de la fourrure. Toujours perdu dans son demis-sommeil, il devinait presque inconsciemment la soyeuse masses velue collée contre lui, et il passa faiblement ses bras autour de son épais cou avant de l'agripper doucement et de se blottir d'avantage pour se coller à la source de chaleur. Ainsi il fini par se rendormir pour de bon.


L'adolescent profita de ce sommeil réparateur et doux. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas aussi bien dormi, aussi agréablement. Puis, petit à petit, il se senti revenir de ces douces pénombres.
Remuant et grommelant légèrement en même temps qu'il reprenait conscience, il senti un poid appuyer doucement sur sa poitrine avant de sentir une chose humide lui chatouiller le visage. Il grimaça faiblement puis papillonna des yeux avant de lentement arriver à les ouvrir grands. Il laissa un moment ses iris bleu étonnés posés sur le gros loup noir avant, sans laisser paraitre un quelconque sentiment de peur ou de gêne, de laisser ses yeux perdus divaguer autour de lui à la découverte de se nouveaux lieu.

*C'était donc lui tout à l'heure...* Pensa t-il en posant son regard azuré sur le gros animal qu'il devinait intuitivement et au vu de la nuit passé de bon augure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Mar 19 Aoû - 15:50

La frêle créature ouvrit lentement les yeux et après l'avoir observé quelques secondes, le neko observa la chambre. Kyuki arrêta de lécher le visage du neko lorsque celui-ci ouvrit enfin les yeux. Le loup noir descendit du lit et remonta tant bien que mal la couverture sur le corps frêle du neko du bout des crocs. Il trotina ensuite jusqu'à la chaise posée non loin, sur laquelle était entreposées ses affaieres. Il les prit dans la gueule et migra vers la salle de bain de la chambre, oubliant de fermer la porte.

Il se retransforma en homme et enfila les vêtements qu'il avait préparé puisqu'il se retransformait en homme sous forme nue. Il enfila donc un pantalon en tissu syntétique noir avec de nombreuses poches et des lanières puis enfila un tee-shirt noir moulant donc le col en V était très grand et ouvrait sur une partie de ses pectoraux. Il enfila un tour du cou en cuir noir et plusieurs braceler de cuir noir également. Il ébourrifa rapidement sa chevelure puis retourna dans la chambre.

- Ca y est tu es réveillé?

Il approcha d'une table et ramena un plateau bien garnit vers le lit.

- Je ne savais pas si tu préférais le lait chaud ou froid et si tu le voulait aromatsé...alors voilà...

Le plateau en argent supportait en effet du lait chaud et du lait froid, ainsi que de la poudre de cacao, de la poudre de vanille et d'autre poudre de saveur... Il y avait aussi quelques viennoiseries. Il s'installa correctement près du lit sur la chaise qu'il avait rapproché et prit une vienoiserie avant de tendre le plateau à l'inconnu.

- Bon alors tu t'appelles comment?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Mar 19 Aoû - 18:54

Le neko ailé n'avait pas peur des animaux, du moins ceux qui n'étaient pas dangereux ou sous les ordres d'un humain malfaisant. Et celui-ci lui malgré ses allures de bête d'origine sauvage lui parut très doux, apprivoisé sans doute. Mais à cette idée, il analysa la situation.
Il était dans une chambre, sous des couvertures, et le feu allumé laissait forcément deviner que quelqun vivait ici. Bien qu'il ne ressentait rien de néfaste venir de ces lieux, il ne put s'empêcher de s'inquiéter en pensant à la présence d'un humain...

L'attentionnée bête noire remonta les couvertures du chat, attirant par ce geste son attention. Il était un peu surprit de l'intelligence de l'animal et l'observa prendre les vêtements et partir à la salle d'à côtés.

Le neko en profita pour se redresser doucement, jusqu'à s'assoir sur le lit, dos aux mur. Si un humain habitait ces lieux, il ne voulait pas s'y éterniser et il lui faudrait partir au plus vite... Il posa ses yeux sur la porte puis sur la fenêtre, réfléchissant au meilleur endroit pour filer. La fenêtre donnait directement vers l'extérieur, mais ses forces ne lui permettaient sans doute pas de pouvoir passer par là s'il se trouvait plusieurs étages au dessus du sol, ce qui était fort probable. La voie des airs se serait éventuellement offerte à lui s'il en avait été autrement... Remarque, avec l'aide du toutou, peut être pouvait il espérer arriver à s'extirper d'ici...

Il réfléchissait la moue pensive à cet option lorsqu'une impression étrange le percuta.

*Un... un humain?!...*

Oui, il l'avait très bien senti, cette odeur propre aux hommes, apparaitre presque soudainement et venir... de la pièce voisine!

Quelque peu perplexe, le chat se tint en alerte, ne sachant vraiment que faire. Son état ne lui permettait pas de pouvoir s'échapper, et s'il passait par la porte, il risquait de tomber sur le maître des lieux.
Afin de confirmer ses soupçons concernant la présence d'un individu, il ôta discrètement les couvertures de dessus ses jambes et se mut doucement à quatre pattes jusqu'à l'autre bout du lit. Arrivé à l'extrémité, il se pencha juste assez pour avoir une vue au travers de la faible ouverture entre la porte entrouverte et le mur.
Quelqun, un homme très grand et vêtu de noir était en train d'enfiler un pantalon.
*J'en était sur!*

Le chat resta un moment à observer celui qu'il devina être l'homme qu'il avait entraperçu lorsqu'il était entre deux eaux. Il le regarda un moment, observant ses muscles dorsaux rouler lorsqu'il enfilait son t-shirt qui en épousa parfaitement les formes. Il se plaisait à espionner l'inconnu en cachette, le regardant mettre son colliers et ses bracelet, mais ses yeux de chat s'écarquillèrent soudain lorsque l'homme se retourna et que la porte s'ouvrit devant lui. Il en sursauta et bascula de l'autre côtés du lit, retombant sur ses pattes.
L'animal méfiant et apeuré était accroupi, les mains posées sur le sol. Sa tête était rentrée dans ses épaules haussées, et il ne quittait pas de ses yeux menaçants le grand brun.

- Ça y est tu es réveillé?

En réponse, il recula lentement en feulant , laissant visiblement apparaitre ses canines acérées. Le sauvage ne quittait pas l'homme des yeux, à l'affut de la moindre attaque. Mais il ne fit qu'allait prendre un plateaux dans ses mains, qu'il posa prêt du lit. Un plateaux remplis, dont il exhalé une délicieuse odeur de gâteaux et de lait chaud qui vint mesquinement titiller ses sensibles narines et son estomac vide.

- Je ne savais pas si tu préférais le lait chaud ou froid et si tu le voulait aromatisé...alors voilà...

Le chat baissait d'avantage les oreilles lorsque l'homme parlait, ramenant ses faibles ailes en avant afin de se protéger. Il n'avait pas confiance et ne voulait pas risquer d'être l'objet d'une ruse bien pensée.
Il lui fallait partir, et si l'homme l'en empêchait, il n'aurait d'autre choix que d'user de la violence. Toujours accroupi, les oreilles en arrières et le fixant toujours, il fit doucement glisser sa main sur sa hanche, là où se trouvait toujours sa sacoche de cuir et... Ses yeux s'écarquillèrent et il détourna brusquement le regard pour attester sa surprise. Il se rendit enfin compte qu'il avait quitté son mini short moulant noir, son top ainsi que ses longues mitaines et bas moulants et de même couleur pour une longue chemise de trois fois sa taille. Mais le plus perturbant et qu'on l'avait surtout dépouillé de sa sacoche habituellement accrochée à sa taille qu'il ne quittait jamais et au dos de laquelle était toujours caché son précieux couperet.
Constatant qu'il était privé de son arme, il laissa furtivement son regard affolé parcourir la salle à sa recherche, mais ne le détectant pas, il ne s'en retrouva que plus effrayé et il reposa à nouveaux ses yeux sur le ténébreux. Sa peur surpassait son intuition, capable de lui faire savoir si les intentions de l'homme étaient bonnes ou non. Puis il avait senti que la présence du chien avait disparut et il s'en retrouvait plus inquiet, car le gros animal aurait put lui être d'un éventuel secours... Un instant... il avait bien disparut, mais... au profit de la présence de l'individu!!!

- Bon alors tu t'appelles comment?

Le ténébreux eut la mauvaise idée de rapprocher le plateau de l'animal, et par là même son bras.

-Un morphe! C'était un piège, hein?!


Sans lui laisser le temps de répondre, la créature bondit sur son bras, renversant au passage l'un des bols, et plantant sauvagement ses crocs dans la chair. Elle avait fermement entouré son bras avec les siens, l'agrippant de ses longues griffes pour lui faire mal et ne pas lâcher prise. Ses yeux apeurés et menaçant tremblaient, ne quittant pas ceux de l'inconnu, tandis que l'on pouvait facilement voir ses canines plonger plus profondément, laissant échapper un mince filet de sang.
Il tremblait, il avait peur, et c'était malheureusement le plus qu'il pouvait faire pour se défendre de l'homme dont la peur l'empêchait de découvrir les véritable desseins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Jeu 21 Aoû - 17:04

Lorsqu’il ressortit de la salle de bain, Nijihi sentit une soudaine pulsion de frayeur émaner de la pièce. En levant les yeux, il découvrit le fragile neko de l’autre côté du lit si méfiant et apeuré que s’en était palpable. Kyuki n’en fut pas vraiment étonné vu l’état dans lequel il avait retrouvé son invité…Le voir la bouche en cœur aurait été bien surprenant.



Le dominus remarqua sans peine le coup d’œil rapide du chat sûrement à la recherche de son arme, mais il ne dit rien. Il avait fait aiguisé et nettoyé la lame et demandé à ce qu’une nouvelle sacoche soit prête sous peu, celle du chaton étant rapiécée.



Kyuki approcha le plateau et eut juste le temps de l’entendre s’écrier que c’était un piège avant de sentir son bras attrapé et maintenu par des crocs acérés. Le maître de maison laissa échappé une grimace…C’est qu’il était bien accroché l’animal !



Il sentit un filet de sang couler sur sa peau légèrement halée. Il regarda le Neko et soupira silencieusement grimaçant sous la douleur.



Sans chercher à se débattre il tendit son bras libre vers la table de nuit pour y attraper son paquet de clope qu’il secoua pour faire tomber une cigarette. Il posa le cancer-en-tube entre ses lèvres et claqua des doigts pour faire jaillir une flammèche et l’allumer. Son tatouage en forme de dragon au bras, le seul à peu près visible, prit une couleur de braise et redevint noir après que la flammèche ait disparut. Il prit une grande bouffée qu’il souffla sur le côté et regarda ensuite le neko accroché à son bras ensanglanté.



- " Et alors qu’est-ce que t’attends ?!"



Il voyait une peur effroyable dans les yeux du neko et il se dit en lui-même qu’il tuerait celui qui avait osé le rendre ainsi. Il reprit une bouffée de fumée.



- " Plus fort ! vas-y petit neko ! Enfonce tes petites griffes et tes petits crocs plus profondément ! Tu veux te protéger ? Alors n’hésite pas ! N’ai pas peur de faire mal ou d’avoir mal ! Vas-y mord !"



Il avait haussé la voix, il lui criait presque dessus. Cet être frêle ne pourrait jamais se protéger seul de cette façon. Il le savait. Il avait beau être le fils de l’un des plus puissants dominus, il n’en restait pas moins désormais, un être pas encore tout à fait adulte, doté d’une beauté et d’un corps des plus alléchants et d’une puissance considérable sans parler de son domaine. Plus d’un dominus souhaitait l’asservir, en faire un servus personnel et s’approprier son territoire et sa puissance. Il avait certes hérité d’une certaine autorité de Hi mais il lui avait fallut apprendre à s’endurcir et à devenir fort, plus fort…



- "Allez ! Frêle et fragile petit neko, si tu as si peur de moi, alors serre plus fort que ça ! Vouloir me faire mal ne suffit pas ! Tu dois vouloir m’arracher le bras ! vas-y plus fort ! Moi je ne te veux aucun mal, mais si c’était le maître de ces crétins de clebs qui te cherchaient dans la forêt, tu crois vraiment que ça suffirait ?"



Etrangement il était vraiment en colère. Furieux de voir que l’on pouvait maltraiter un être comme ce neko. Il était si effrayé, si affaiblit…

Il changea soudainement de position et plaqua le neko sur le lit et s’assit sur lui. Il avança son visage et serra les dents.



- "Si ça n’était pas moi, tu serais déjà en pleine torture, souillé et peut être même mort ! Alors frappe ! mord ! vas-y petit neko ! défoule-toi !"



Il n’avait jamais été violé…heureusement d’ailleurs…ce n’est pas faute pour certains d’avoir essayé…mais il avait eût très chaud au fesses….et pas seulement de façon métaphorique….Kyuki n’avait pas hésité un jour à réduire en cendre une partie de la virilité d’un dominus qui été allé trop loin.

Il n’avait jamais supporté ce type d’acte…il ne l’avait jamais compris…

Et puis il y avait cette aura qui émanait du garçon, cette odeur délicieuse, qui lui donnait l’irrésistible envi de le protéger et de l’aider.



Il n’y allait pas de main morte, mais il pensait que le neko avait besoin qu’on lui secoue les puces avant d’être, peut être, réconforté.



- "Je ne te ferais pas de mal ! Jamais ! Mais vas-y défoule toi si tu veux ! Ne te gène pas frappe !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Jeu 21 Aoû - 20:31

[Wouah! J'avoue que je ne m'attendais pas à ce genre ce réaction! Shocked C'est bizarre mais je trouve ça excitant! XD (pauvre Migaru quand même...)
PS: ''cancer-en-tube!'' J'adore! XD]

Le neko ne cessait de le regarder, ses yeux bleu plongés dans ceux dorés aux lueurs violacées du morphe. Ses dents étaient déjà bien ancrées dans la chair, et il tremblait tant de peur que de son effort. Pourtant, bien qu'une douleur se lisait visiblement sur le visage de l'homme, il ne réagissait pas à sa violence, il restait impassible, ce qui laissa la créature quelque peu perplexe. Il se savait plus faible que d'ordinaire mais il avait quand même espéré lui faire subir une douleur plus vive qu'il ne semblait la supporter. Et puis cette attitude désinvolte n'était pas sans l'inquiéter.
Ses iris suivaient le geste lent de l'homme qui attrapa une cigarette qu'il porta à sa bouche.
Et l'animal sursauta et se crispa -ce qui se fit forcément ressentir au nivaux des griffes -lorsqu'une petite flamme jailli suite au choc entre ses doigts. Sa peur augmenta d'avantage, car il venait de comprendre qu'en plus d'être morphe, l'homme possédait aussi du sang de pyros...

- " Et alors qu’est-ce que t’attends ?!"

Le chat dont les yeux observait jusqu'alors avec peur le bout incandescent du bâton de nicotine, les replongea immédiatement en prenant un air plus agressif dans ceux de l'hybride, resserrant la mâchoire et ses doigts qui laissèrent échapper d'avantage de sang face à la provocation dont il fit preuve. Attendre? Qu'est ce qu'il voulait dire? Il en redemandait?!... Il ne comprenait pas le but de ses paroles...

- " Plus fort ! vas-y petit neko ! Enfonce tes petites griffes et tes petits crocs plus profondément ! Tu veux te protéger ? Alors n’hésite pas ! N’ai pas peur de faire mal ou d’avoir mal ! Vas-y mord !"


Ce type était en train de ce moquer de lui! Il le cherchait!! Il ne pouvait pas se laisser insulter de la sorte, il fallait qu'il lui montre se dont il était capable, il voulait lui faire comprendre qu'il n'était pas faible!!!
Il resserra violemment ses crocs qui pénétrèrent plus profondément encore en un bruit de viande ferme que l'on transperce, faisant gicler en une grande quantité le liquide rougeâtre à l'arôme de fer. Ses paroles chargées d'une impétueuse ironie n'avait put que faire réagir l'animal qui tomba naïvement dans le piège. Il planta plus fort ses solides griffes, inconsciemment guidé par ses paroles. Car cet homme qui lui hurlait presque dessus l'effrayait, mais cette façon sarcastique de considérer son acte le blessait, l'humiliait aussi profondément, ne faisant qu'attiser cette colère, cette haine qu'il avait au fond du cœur.

- "Allez ! Frêle et fragile petit neko, si tu as si peur de moi, alors serre plus fort que ça ! Vouloir me faire mal ne suffit pas ! Tu dois vouloir m’arracher le bras ! vas-y plus fort ! Moi je ne te veux aucun mal, mais si c’était le maître de ces crétins de clebs qui te cherchaient dans la forêt, tu crois vraiment que ça suffirait ?"


Le fauve sur le point d'exploser, ôta subitement ses dents du bras du morphe, se cambra en un cri bestial et replongea avec haine et violence ses crocs dans sa chair meurtrit. Il ne mordait plus vraiment, non, il rongeait, il voulait lui faire mal, le faire souffrir, lui faire payer ses paroles et sa supériorité envers la créature qu'il était!!!
Lorsqu'il lui dit ne pas lui vouloir de mal, ses mots glissèrent sur lui comme un souffle imperceptible, masqué par la vision de ce dominus et sa garde animale qu'il revoyait le poursuivre infatigable, hurlés de sa voix grave et portante l'ordre à ses bêtes de le ramener vivant, son visage sadique et hautain, comme son maître et tous les dominus, qui le dévisageait lorsqu'il avait failli le capturer, mais surtout cette peur, cette frayeur immense qu'il avait de s'imaginer à sa merci!...

Fou de rage, la bête furieuse redressa la tête, ses yeux de malade ciblant ceux du pyro, il éleva le bras, main crispé, et s'apprêta en un cri de colère à lui mutiler le visage, lorsqu'il fut soudainement plaqué sur le lit, stoppé net dans son élan et légèrement assomé.

Le ténébreux était sur lui, son visage également en colère à quelque centimètres du neko effrayé.

- "Si ça n’était pas moi, tu serais déjà en pleine torture, souillé et peut être même mort ! Alors frappe ! mord ! vas-y petit neko ! défoule-toi !"

Chacun de ses mots sonnaient tel un coup mortel portaient en plein cœur, ne faisant qu'attiser d'avantage la flamme de sa colère sans borne. Chacun de ses foutu mots se matérialisaient sous la forme d'images, de sensations , et de souvenir pour certain qui augmentait la peur sans limite de l'animal!

- "Je ne te ferais pas de mal ! Jamais ! Mais vas-y défoule toi si tu veux ! Ne te gène pas frappe !"

Provoqué par l'homme, il hurla, pleura, le frappa de ses points aussi fort qu'il put. Mais bien vite, ses coup se firent plus faibles, ses yeux brumeux, sa voix brisé par les sanglots. Il n'en pouvait plus. Il était épuisé, physiquement, mais moralement surtout. Il était à bout. Cet homme l'avait emmené à ses dernières limites.
La petite créature pleurait toutes les larmes de son corps, cachant son visage dans ses mains tremblantes et endolories. Il avait évacué toute sa colère, toute cette fougue haineuse et cette peur folle. Il ne lui restait plus que les larmes à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Ven 22 Aoû - 0:02

[oui, je trouve que ca change, je me suis inspiré d'un épisode d'angel et d'une fic sur saiyuki....et oui, je trouve que l'appelation cancer-en-tube sonne bien]

Le petit animal semblait enragé...Il l'était, ne un sens, enragé de peur, de colère et de douleur....Mais qu'avait il bien pu subir pour être si fragilisé? Mon dieu, que c'était triste...Kyuki n'éprouvait jamais de pitié, mais il se sentait mal, pour ce jeune homme....comme Niji, lorsqu'il se sentait mal parceque hi avait mal, à ce moment là, Kyuki avait mal pour le petit Neko...Bon et aussi pour lui parce que mine de rien le gentil et fragile petit neko était en train de lui déchiqueter le bras... D'ailleurs il se demanda ce qui se passait quand Aoi retira ses crocs, mais il comprit vite quand il les entit se planter à nouveau dans sa chair.

Malgré les apparence il n'était pas insensible à la douleur, loin de la..il était même un peu douillet, mais la sa souffrance passait au second plan...la souffrance psychologique du garçon était bien plus inquiétante et alarmante.

Il serra les dents et continua ses attaques par paroles...des attques qui finalement eurent l'effet escompté...le neko se défoula, le frappa aussi fort qu'il le pouvait puis cessa de frapper, ne laissant que les larmes, un flots majestueux de larmes. Kyuki se redressa et laissa son bras ensanglanté pendre le long de son corps, le sang s'impregnant sur les draps. Il tira le corp du neko vers lui et le serra tres fort de son bras valide après avoir mis sa cigarette dans sa bouche. Il garda le neko contre lui, le laissant le vider de ses larmes sur son tee-shirt noir et son torse. Il termina sa clope et la jeta dans le feu de cheminer avant de poser sa main sur la tête du Neko.

-Schuuut...ça va aller maintenant. Personne ne te fera de mal ici. Je te le promet...Personne ne te fera plus jamais de mal...Je suis là...tout va bien...

Il caressa de façon réconfortante le crane du Neko et tourna la tête vers la porte de la chambre.

- Tenpo?! appela-t-il d'une voix douce

Peu après un okami apparut dans l'encadrement de la porte.

- Va me chercher de quoi soigner mon bras s'il te plait et de quoi faire des points aussi. Demande à Kenren s'il à finit d'aiguiser la lame du petit et préviens Hakkai qu'il me refaut du lait et idu wiskey aussi...

- Pour le neko?

- Le lait oui, le wiskey c'est pour moi...

- Monsieur?

- Je vais pas aimer les point, alors amène...

- Bien monsieur.

- Et arrête avec tes monsieurs, mon père c'était monsieur moi c'est "kyu-chan", ou "Kyuki" ou "Nijihi" si tu y tiens tant...

- Oui mons...Nijihi.


Le servus partit executer les ordres, Kyuki serrait toujours doucement le neko contre lui. Celui-ci enfn calmé, il relacha doucement son etreinte.

- Ca va aller?

demanda-t-il en le ragardant

- Moi c'est Kyuki Nijihi, et toi?

[gomen je me suis planté c'est Kyuki et non Koryu]


Dernière édition par Kyuki Nijihi le Ven 22 Aoû - 16:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Ven 22 Aoû - 15:10

Il pleurait. Il avait vider toute cette colère, cette peur, maintenant il pleurait.
Dans une sorte d'état second, il ne sentit pas réellement le dominus se redresser, mais il se sentit clairement ramené tout contre lui. Sans avoir le temps de faire quoi que ce soit, l'animal en pleur se sentit reposé contre un torse assez robuste, entouré d'un bras puissant. De toute façon, même s'il avait voulut s'en dégager il n'aurait pas put, il avait épuisé les dernières forces qu'il lui restait dans cette hargne folle lancé contre l'inconnu. Il ne chercha donc pas à se rebeller et se blottit contre ce torse dont il agrippa nerveusement mais avec délicatesse le t-shirt, plongeant sa tête dans ses épaules afin de cacher ses larmes de la vue du ténébreux.
Il déversa le reste de ses perles salées dans de petits spasmes et hoquettements discrets qui avaient remplacés ses précédents sanglots, mouillant l'habit de l'homme en noir.
Il ne réagit pas lorsqu'une main vint tendrement caresser sa chevelure tannée, ne se crispant qu'imperceptiblement à se contact.

-Schuuut...ça va aller maintenant. Personne ne te fera de mal ici. Je te le promet...Personne ne te fera plus jamais de mal...Je suis là...tout va bien...

Une petites vague de larmes le reprit suite à ses mots. Cette voix qui se faisait douce portait un message rassurant, plein de tendresse... Il avait eu si peur, si mal fasse à ce qu'il lui avait dit auparavant! Maintenant, c'est comme s'il trouver le moyen de panser ses plaies avec douceur et réconfort... Il ne comprenait pas vraiment cette attitude contradictoire, pas encore du moins, mais il n'était pas vraiment en état. Trop fatigué moralement, il lui fallait se calmer un peu avant de réfléchir à tout ça...
Il laissa alors couler les quelques dernières larmes de ses yeux bleu parsemés de multiples lueurs, s'abandonnant contre le corps robuste de l'étrange homme. S'il était bon, ou mauvais, il s'en fichait, il ne voulait pas savoir. Il voulait juste se reposer.

Ses yeux humides étaient tantôt fermés, tantôt ouverts, perdus dans le vide. Il entendait l'homme s'adresser à quelqun d'autre, qui lui répondait. Lorsque celle-ci était entrée, il s'était faiblement blotti contre le dominus, mais sans plus. Il les entendit converser, mais les seuls mots qui l'éveillèrent temporairement de son état d'après crise, ce fut ''le lait'', qui projeta sa conscience sur cette sensation presque douloureuse dans son ventre et ''la lame''... oui, il parlait bien de son précieux couteau. Il aurait bien voulut se redresser, partir à la recherche de son arme maintenant qu'il savait qu'elle était dans les environs, mais son corps totalement affaiblit ne lui permettait pas. Et puis se corps contre le sien, il ne voulait pas le quitter. Dans son état, il avait besoin de ce réceptacle si chaleureux pour s'appuyer, se consoler...

- Ça va aller?

Le neko se senti relâcher, ce qui ne fut pas sans inconsciemment le déranger un peu. Il sentait le regard bienveillant de l'homme posé sur lui, et il prit un petit moment avant de relever la tête. Ses yeux rougis par les larmes dévisagèrent calmement le visage de l'homme qu'il voyait pour la première fois d'aussi prêt.

- Moi c'est Koryu Nijihi, et toi?

Clignant lentement des yeux comme pour mieux assimiler ses paroles, il détourna le regard avant de caler de nouveaux sa tête contre lui.

-Je ne sais pas...

Son prénom... ou plutôt non, ses prénoms... ce n'est pas qu'il ne savait pas comment il s'appelait, mais il ne savait pas comment se présenter...
Migaru. C'était ainsi qu'il c'était fait appeler depuis maintenant de nombreuses années. Le nom que lui avait assigné son dominus, celui là même qui avait tué ses parents, un prénom qu'il entendait sortir de la bouche de ses ''frères''...
Pourtant un autre nom, ressurgit du font de sa mémoire résonna dans sa tête: Aï... Une petite note éclatante et criarde pleine de nostalgie prononcé par une voix d'homme claire et douce... celle de son père Sylphide...

-Migaru... ou bien Aï... je ne sais pas... c'est comme vous voulez...


Il avait fermé les yeux en disant cela. Il était fatigué puis il s'en fichait vraiment. Après tout, personne ne lui avait jamais laissé le choix pour ses prénoms, alors...
Il était épuisé et ne désirait que se reposer, même si son estomac le faisait souffrir. Il n'aurait peut être pas la force de se nourrir seul, mais trop fatigué pour trouver une quelconque solution, il se dit qu'il verrait ça plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Ven 22 Aoû - 16:56

[gomene je viens juste de me rendre compte que j'ai inversé, c'est Kyuki et non Koryu]

Peu à peu le Neko se laissa aller, ses muscles se décontractèrent un peu, il s'abandonna aux bras de Kyuki, visiblement épuisé. Il sentit encore quelques larmes impregner le tissu puis elles cessèrent.

Puis Kyuki éloigna un peu le chat pour lui demander son état et son nom. Il vit alors de plus près ces superbes azures rougit de tristesse qui le dévisageaient. Il le laissa l'observer minutieusement avec patience.

Le dominus se présentata et lui demanda son nom. Le neko dit qu'il ne savais pas, ce qui étonna Nijihi. il se reposa contre son torse. Finalement le neko lui donna deux noms et le laissa choisir, étrange.

- Comme je veux? Et toi lequel tu préfères?

Voyant que Migaru était épuisé il se dégagea ses sur lit et l'aida à se rallonger. Tenpo revint à se moment là en compagnie de Hakkai et de Konzen. Tempo et Hakkai se ressemblait beaucoup, hormis leur coupe de cheveux. Konzen était plus impassible et blond.

Kyuki regarda le neko et le lit, trempé de sang.

- Konzen, Tu peux le porter jusqu'à la chambre bleue s'il te plaît? Je ne pourrais pas le faire dans mon état.

Le grand blond prit le Neko affaiblis dans ses bras et le porta jusqu'à la dite chambre bleue.
Il y avait un grand lit bien moelleux. Les peinture cirée était d'un bleu ciel avec des relief de saphir.
Hakkai suivait avec un nouveau plateau garnit, et Tenpo accompagnait Kyuki avec de quoi le soigner.

le maître de maison retira son tee shirt pour que son servus le soigne plus facilement. Il passa devant la cheminée et d'un geste de la main alluma un feu faisant de nouveau briller le tatouage à son bras et celui de son dos, d'une couleur de brasie.
Il revint s'assoir près du lit. Tenpo nettoya ses plaies et les désinfecta tandis qu'il buvait à grande gorgée son verre de Wiskey pour ne pas penser à la douleur. Tenpo lui tandis une aiguille avec le fil déjà dans le chas. Kyuki regarda l'aiguille en grimaçant et la prit entre son pouce et son indexe. Il souffla sur l'aiguille qui chauffa instentanément, la stérilisant par ce procédé. Il la retendit à Tenpo qui commença sa tâche sur un dominus grimaçant à souhait.

- J'ai fait mon fier tout à l'heure, pour te secouer...Mais en fait, ça fait bien mal...Itatatatatata...

Il but une nouvelle gorgée d'alcool et regarda le Neko épuisé. Il resta à son chevet une ou deux haures pendants lesquelles le Neko s'étaient endormis complètement épuisé, effondré. Il le vit se réveiller de nouveau tout doucement. Il était sans doute encore fatigué, mais il aurait au moins la force de ne pas s'endormir pendant le repas.

Le plateau, repartit entre temps, venait tout juste d'être rapporté. Le lait venait tout juste d'être tiré et les viennoiserie sortait du four, sous les ordres de pyro.

Il alla s'assoir sur le lit, bien assez grand pour qu'il n'empiète pas sur l'espace vital du minou sans permission. Il tourna un peu le lait et s'en servit un bol chaud qu'il aromatisa à l'aide d'un gousse de vanille. Il aimait bien cette boisson lui aussi...était-ce à cause de sa métamorphose en panthère noire...peut être.

Kenren, un servus assez grand et musclé, aux cheveux courts arriva alor et déposa l'ancienne pochette de cuirn puis la toute nouvelle, ainsit que la lame toute propre et aiguisée. Kyuki lui fit posé sur l'autre table de nuit avant de le laisser sortir de la chambre.

Il bu doucement son bol de lait vanillé alors que le Neko sorait des vappes.

- Bon alors dis moi Aï, ton lait tu le prend coment? Chaud, froid? Aromatisé? Et cette fois-ci ne le renverse pas sur le lit, Hakkai est déjà assez désespéré avec la chambre d'émeraude.

dit-il avec douceur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Sam 23 Aoû - 13:25

- Comme je veux? Et toi lequel tu préfères?

En seule réponse, il ouvrit faiblement les yeux avant de les refermer et blottir légèrement sa tête. Il était trop fatigué, et puis il n'en avait cure.
Il était bien contre cet homme c'était déjà plus confortable que les branches d'arbres sur lesquelles il trouvait refuge pour dormir. Le torse du ténébreux était assez dur, mais agréable. Et c'est en grommelant intérieurement qu'il se sentit ensuite reposé sur le lit

Un servus à la chevelure claire le prit dans ses bras qu'il aurait bien déchiqueté aussi s'il avait était dans un autre état, l'idée qu'on le touche impunément l'insupportait. Mais dans sa fatigue, cette idée repartit aussi vite qu'elle lui été arrivée et seul l'appréhension de cette migration l'inquiétait un peu. Après tout il ne connaissait ni cette maison, ni ces gens, ni cette ''chambre bleu''... Pourtant, lorsqu'il y fut arrivé, il se sentit étrangement apaisé. Il est vrai que c'est l'une des principale vertu de cette couleur, et le chat se laissa sans opposé de résistance couché dans le nouveau lit.

De ses yeux faibles, il ne quittait pas le dominus. Pourquoi? Il ne savait pas vraiment... peut être l'intriguait-il? Vu son comportement ambigüe, ça n'était pas surprenant. Il regarda le pyro allumer la cheminer d'un revers de main, faisant scintiller ses énigmatique tatouages. Puis celui-ci s'assit pendant que son servus préparait les outils propres à le soigner. Les yeux inexpressifs et clignant doucement du neko observaient la morsure ensanglantée que le serviteur nettoyait. En voyant les grimaces de l'homme, il comprit qu'il avait bel et bien entrainé une grande douleur. Il était juste un excellent comédien en somme, oui, il gérait vraiment bien ses émotions... ce qu'il confirma aussitôt:

- J'ai fait mon fier tout à l'heure, pour te secouer...Mais en fait, ça fait bien mal...Itatatatatata...

Le neko le regarda avant de détourner les yeux. Il aurait eu envi de lui rire au nez, de sa voix égrillarde de félin! C'était le but recherchait que de le faire souffrir par cette blessure, et il y était arrivé! Pourtant, un pincement incontrôlable au nivaux du cœur le fit reposer son regard sur la plaie que le servus recousait sous les airs douloureux du dominus. S'en voulait il? Peut être bien. Pourquoi? Ça par contre, il ne pouvait pas encore se l'expliquer...
Peut être parce qu'il avait enfin compris qu'il était en sécurité aux côtés de l'inconnu, que s'en prendre à lui n'avait était qu'une regrettable erreur de jugement... Mais vu ce qu'il lui avait fait subir, cette attaque verbale subite, il était seulement bien trop vexé pour oser se l'avouer! Mais ça passerait sûrement avec le temps...

Sur ces pensée, l'animal s'endormit profondément.


Il ouvrit les yeux. Sa première vision le fit se réveiller en douceur puisque sa vu était empli de bleu. Un bleu doux et calme. Et puis il y avait cette forte odeur de nourriture qui semblait l'avoir suivit jusque dans ce nouveau lieu. Un petit bruit à côtés de son lit le fit tourner la tête. Il ne s'agissait que de Nijihi qui venait s'assoir sur le grand lit. Le neko ne le quitta pas de ses yeux grands ouverts, ne sachant pas vraiment s'il devait réagir ou se contenter de rester tranquillement sous les draps face au rapprochement du dominus. Après tout, il pouvait peut être lui en vouloir pour son bras dont il observa le bandage. Mais pourquoi l'idée de l'avoir blessé l'attristait t-il autant... il n'aimait pas ne pas comprendre l'origine de ses sentiments, et celui-ci était particulièrement gênant.
Une intrusion dans la chambre bleu le fit se retourner vivement. Un grand servus vint sa sacoche et son arme en main. Bien qu'affaiblit, l'animal se redressa en voyant qu'on apportait son couperet à côtés de lui. Ses yeux reflétaient la même expression que ceux d'un enfant à qui l'on aurait retrouvé son jouet perdu. Il prit délicatement l'arme dans ses petites main et l'observa longuement comme s'il s'agissait d'un trésor.
C'était un couteaux dont la lame n'était guère plus grande que 20 centimètres, et d'une complexité esthétique évidente. Le couperet se composait en fait d'une première lame centrale aux formes ondulées et à double tranchant. Sur l'un des côtés se trouvait à la base une seconde lame en forme semis-arqué, qui lui donnait l'apparence d'un trident, tandis que de l'autre il naissait à chaque haut de courbe une petite lame en forme de demis-lune qui pouvait promettre de belle et bien douloureuse blessure à quiconque tâterait de ce couteaux.
Il le regardait sous tous les angles d'un œil admiratif et vint tester le bout de la lame centrale en appuyant le bout de son index dessus. Visiblement, celle-ci avait était aiguisait, ce qui étonna le chaton qui chercha un explication dans le regard du ténébreux.

- Bon alors dis moi Aï, ton lait tu le prend comment? Chaud, froid? Aromatisé? Et cette fois-ci ne le renverse pas sur le lit, Hakkai est déjà assez désespéré avec la chambre d'émeraude.

-... chaud sans arôme... fit il la moue toujours méfiante. Peut être pouvait-on aussi y distinguer un peu de contrariété. Il lui en voulait encore pour ses paroles. Pourtant, son estomac criait famine et s'il ne manger pas, il savait qu'il ne s'en sortirait pas.

Lorsque l'homme lui tendit le bol, le neko lui arracha presque des mains. Il le porta aussi vite à la bouche et commença à laper, puis boire à grande gorgée le liquide crémeux. On pouvait lire dans ses yeux mis-clôts combien il pouvait avoir faim, et lorsqu'il fini le bol, sans même s'essuyer les moustaches (de lait ^^) il regarda d'un œil avide le plateau plein de pâtisserie. jetant un furtif mais méchant coup d'œil au dominus, il happa en un tour de main le plus de gâteaux qu'il put et les porta à sa bouche. Il ne prenait même pas le temps de mâcher et engouffrait d'un coup le plus qu'il pouvait, avalant difficilement mais rapidement chaque bouchée, manquant même de s'étouffer au bout d'un moment. La gorge bloqué par un trop plein de nourriture, il se frappa le torse en toussant avant, la larme à l'œil, de se jeter sur un nouveau bol de lait qu'il but cul-sec pour libérer sa gorge. Après se léger incident, il mangea plus prudemment mais non sans vivacité.
Rapidement, il ne resta pratiquement plus rien dans le plateaux, et afin de ne pas en perdre une seule petite miette, le chaton passa avec grande minutie sa langue sur chacun de ses doigts.

Adossé contre son oreiller, lapant calmement un dernier bol de lait aromatisé au chocolat tenu entre ses doigts fins qui dépassaient tout juste de la grande chemise qu'on lui avait prêté, il ne cesser de jeter de furtifs regards à son bras bandé. Non, l'homme ne dégageait rien de mauvais, il le savait à présent. Mais son attitude l'avait profondément vexé en revanche...
Il jetta un dernier coup d'œil à la blessure et détourna le regard vers la cheminé en portant le lait à ses lèvres.

-Désolé...

Même si on pouvait y déceler un peu de regret, il paraissait fâché en disant cela. Peut être fâché contre l'homme, peut être un peu contre lui même, qui sait!...

<center>_________________</center>


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 24 Aoû - 14:20

Kyuki grommelait et ce malgré la douceur de Tenpo qui le soignait. Il nettoya la plaie et lui fit des points avec l’aiguille stérilisée par le dominus. Tout les servus qui le servaient avaient été au servie de Hi et pour certains, ils s’étaient liés d’amitié avec Niji. Tous ces servus étaient là de leur plein gré. Tenpo et Hakkai était les plus doux et souriant. Tenpo secouait la tête exaspéré du comportement de son maître.

- Maître Kyuki, provoquer ce jeune homme n’était peut être pas utile.

- Ca va Tenpo, la colère est mieux dehors que dedans, père me l’a bien assez dit lorsqu’il était en vie.

Le servus soupira en lui bandant le bras fermement et Nijihi observa le Neko s’endormir doucement. Il s’installa donc sur une chaise près de lui. Ses servus passaient régulièrement le voir et vérifier l’état du Neko. Kyuki demanda à Goku de préparer de nouvelles viennoiseries et celles-ci furent apportées en même temps que le reste peu avant le réveil de Migaru. Il alla s’assoir sur le lit, au cas où le jeune Neko eut besoin d’aide pour se nourrir.

Kenren entra alors dans la pièce pour apporté l’arme et la sacoche du Neko. Le servus et le dominus avait longuement observé la lame, ou plutôt les lames, qui étaient absolument magnifiques. Il déposa le tout sur la table de chevet. L e couperet n’y resta guère de temps puisque le sylphide le prit en main et l’inspecta sous tous les angles sous le regard amusé des deux bruns. En voyant que Kenren avait aiguisé la lame, Migaru regarda Kyuki intrigué.

- Oui, elle est aiguisée, nettoyée et brossée. Une nouvelle pochette a été fabriquée identique à la tienne. Tout cela à la demande de notre cher Kyu-chan bien sûr. Expliqua Kenren.

Il était l’un des seul servus à avoir compris que Kyuki ne se considérait pas supérieur. Ce trentenaire l’avait vu grandir comme un frère et le taquinait souvent. Lui et Gojyo était les seuls à oser se comporter ainsi.

- Gojyo était fasciné. Cette arme est très impressionnante. Ca ne va pas monsieur ? demanda Kenren au Neko qui ne comprenait toujours pas pourquoi ils avaient pris soin de son couperet.

Kyuki regarda Aï et afficha un doux sourire.

- Je te l’ai dit, je ne t’ai pas ramené pour te faire du mal ais pour te soigner et te remettre sur pied, si possible capable de te protéger si te veux partir d’ici. Il était donc normal que je fasse aiguiser et nettoyer ta lame. Yaone, l’un des servus de mon père qui me serre aujourd’hui a pris tes mesures et te confectionne de nouveaux vêtements. Oh je te rassure il garde en optique les vêtements que tu avais sur toi.

Kenren sourit et se retira, allant rejoindre les autres servus.

Ensuite le jeune Neko indiqua sa préférence pour le lait chaud et nature. Kyuki lui servit donc un bol qui fut bien rapidement but laissant de craquante petite moustache de lait sur la peau du Neko. En le voyant ainsi Kyuki ne put s’empêcher de se mordre la lèvre et de le trouver très attirant. Il se claqua mentalement pour cette pensée déplacée.

Il croisa un regard froid et méchant et espéra de tout cœur que le servus ne s’était pas rendu compte de sa réaction précédente. Il vit ensuite le neko engloutir tout le plateau en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, manquant de s’étouffer, ce qu’il parvint à éviter en buvant à grande gorgée un autre bol de lait. Kyuki le regarda lécher ses doigts à la quête de la moindre miette, un geste qui le rendit véritablement craquant, très attirant. Kyuki se reprit très vite et resta silencieux pendant que le jeune homme continuait son repas.

Celui-ci le regarda furtivement puis fixa le feu et prononça un « désolé » qui fit sourire Nijihi.

- Ne le sois pas. Je l’ai cherché après tout, j’ai dit des choses plutôt difficiles à entendre. D’autant que maintenant je me comporte comme si j’étais tout gentil…ça doit t faire bizarre…Mais je ne regrette pas vraiment ce que je t’ai dit, je pense que tu avais besoin d’extérioriser ta peine et ta colère ainsi que ta peur…c’est plus facile de le faire sous la provocation…tu trouve ça étrange venant de ma part peut être, Mais , bien qu’elle soit infime par rapport à la tienne, j’ai une petite idée de ce qu’on ressent lorsqu’on est traqué…

Il resta quelques secondes silencieux.

- Enfin, on n’est pas là pour parler de ça ! Ca va le repas t’as plu ? Tu te sens mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Lun 25 Aoû - 17:39

Peu après son réveil, on lui apporta son arme et sa sacoche de cuir ainsi qu'une nouvelle. En regardant son couperet qu'il était ravie et soulagé de retrouver, il ne put éviter de remarquer qu'il avait été l'objet de soins particuliers, et alors qu'il cherchait une réponse en Nijihi, son servus pris la parole pour lui, attestant que celle-ci était aiguisée, nettoyée et brossée, et qu'une nouvelle pochette avait été confectionnée. Effectivement, il vit sur la table de chevet posée son ancienne sacoche trouée, salle et abimée et juste à côtés sa jumelle, propre, neuve et scintillante. Il avait même mis des clous sur chaque ceintures qui l'entourait, exactement à l'identique de l'ancienne, si ce n'est qu'il n'en manqué aucun à la nouvelle.
Et puis, c'était le grand ténébreux qui avait demandait tout ça?...

C'est étrange combien ce servus paraissait proche de son maître. Il ne semblait pas le redouter, ce qui était assez surprenant pour le chaton, dont même le ''frère'' le plus proche de son ancien dominus éprouvait quand même une certaine peur envers lui.

Gojyo était fasciné. Cette arme est très impressionnante. Ça ne va pas monsieur ?

Monsieur?!... Voilà qu'on l'appelait ''monsieur'' maintenant?... quel traitement de faveur bizarre... lui, un animal de sous espèce était considéré comme un... noble? Oui, vraiment tout ça était bien étrange pour le neko qui répondit d'un petit hochement de tête.

Puis il ne détacha pas ses grands yeux du dominus durant tout le temps où il parla. Il voulait... juste l'aider? Il jetta un furtif coup d'œil à son bras mais refoula presque aussi vite sa nouvelle vague de honte. Puis il aurait droit à de nouveaux vêtements? Gratuitement? Bah, il n'allait pas se plaindre, bien au contraire! Les anciens qu'il avait bien eux du mal à chiper dans une boutique alors qu'il n'était plus vêtu que de haillons avaient fini déchirés par son escapade à travers les bois. Et tans mieux s'ils étaient pareils que les autres! Il avait fait une fixation dessus lorsqu'il les avait repéré dans le magasin, il était content de constater que les nouveaux n'en seraient pas tellement différents.

Aï combla finalement ce douloureux vide qui hantait son estomac en mangeant presque à lui seul tous ce que contenait la plateaux. Et une fois qu'il eut le ventre plein, sirotant un énième bol de lait, il trouva enfin le courage de présenter ses excuses au dominus.

Et celui-ci le pardonna bien vite. Trop vite même. Tout avait l'air si facile depuis qu'il était arrivé ici, il n'y était pas habitué...
En ce qui concernait sa blessure, il ne pouvait cependant pas nié en un sens qu'il l'avait bien mérité c'est vrai, et effectivement il était assez perplexe de son comportement.
Soudain, il fronça les sourcils lorsqu'il avoua ne rien regretter de son acte, mais il se défroissa un peu quand il lui en expliqua la raison. Même s'il pensa au fond de lui qu'il aurait peut être put être un peu plus délicat!... Non, car en fait, il est vrai que ça l'avait un peu soulagé... lui semblait-il... Il était vrai que sous la provocation, il avait bien tout extériorisé. A vrai dire vu son caractère, il n'en aurai put être autrement!
Le neko leva des yeux mi-soupçonneux mi-compréhensifs vers l'homme lorsque celui-ci lui avoua savoir ce que c'était que d'être traqué. A première vu, il ne semblait pourtant pas être du genre à fuir de quelconque poursuivant, ce qui intrigua un peu le chat. Mais il sembla éviter le sujet et demanda à Migaru ce qu'il pensait du repas et s'il se sentait mieux.

-Oui...


Il regarda l'homme puis détourna de nouveaux les yeux vers le feu. Il resta un moment à observer les flammes danser, mais il s'ennuyait un peu. Il n'avait plus sommeil et il ne rêver que de prendre un peu l'air, ou du moins se dégourdir un peu les pattes malgré son état.
Se décidant à bouger, il ôta les couvertures et s'assit sur le lit en s'étirant dos au dominus. Il leva les bras en l'air et fit grincer sa voix en même temps que ses faibles muscles endormis. Il posa ensuite les pieds à terre et réfléchit les yeux perdus dans le vide. Il était debout, mais que pouvait il bien faire maintenant? Il patienta, sa grande chemise lui arrivant presque à la limite de la base des cuisses, cachant de justesse ce qu'aparement on avait omit de lui vêtir et qui transparaissait à peine lorsque sa longue queue remuait doucement.
Pour commençait, il lui faudrait peut être ranger ses grandes ailes...
Sans se préoccuper du dominus dont il ignorait presque la présence, il ferma doucement les yeux et laissa sur son visage, qu'il fit lentement partir en arrière, transparaitre une légère expression d'effort. Et presque aussitôt, ses deux membres de chairs et de plumes se déployèrent subitement en une fine pluie de plumes ambrées et furent comme aspirés sous la peau dorsale du neko qui se cambra lors de leurs pénétrations.
Mais ce dont il n'avait pas pensé, c'est qu'avec ses faibles forces, il serait victime d'un vertige et fléchirait sous l'effort, se laissant bien que parfaitement conscient, s'effondrer au sol.

-Aïe!... Quel idiot... railla t-il après avoir rapidement reprit ses esprits.

Il ne c'était pas bien fait mal mais s'énervait un peu contre lui même de ne pas avoir pensé plus tôt qu'il aurait du attendre encore un peu avant de faire cet effort aussi minime soit il. Ce n'était qu'une faiblesse temporaire, et il retrouva rapidement la force de se tenir de nouveau sur ses jambes.

-Est ce que je peux prendre une douche?

Sa voix raillé mais pourtant dotée d'un certain charme avait un ton entre la méfiance et le dédain. Il savait qu'il avait été lavé, mais il voulait juste se rafraichir un peu histoire de se réveillé pour de bon. Et non, aussi étrange que cela puisse paraitre, le félin ne craignait pas l'eau du bain!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Mar 26 Aoû - 0:33


Le neko regardait Kyuki pendant toute la conversation avec Kenren. Puis enfin Kyuki lui demanda s'il se sentait mieux, ce à quoi il répondit oui. Migaru le regarda puis fixa le feu pendant un certain temps avant de commencer à bouger.

Kyuki l'observa tandis qu'il se levait doucement. Il le regarda presque passionément pendant qu'il rétractait ses ailes. Sa cambrure le fascinait. Il se baffa d'ailleur mentalement de le dévorer ainsi du regard. Il baissa et détourna les yeux en rosissant un peu gêné par ce regard.

Du coin de l'oeil il vit alors la silhouette de Migaru s'efondrer d'un coup et entendit un bruit sourd. Il tourna subitement la tête et se précipita vers le bord de lit. Il découvrit alors Aï à terre. Celui-ci pesta de douleur puis contre lui-même.

Il se releva rapidement puis demanda s'il puvait prendre une douche d'un ton qui pouvait en refroidir plus d'un. Kyuki esquissa un sourire. Il s'approcha de la porte et sortit dans le couloir avant de se pencher par dessus la rambarde.

- "kanan! Chaton viens me voir s'il te plaît, Migaru aimerait prendre une douche, tu pourrais l'amener à la salle de bain et lui montrer...enfin tout ce qu'il y a à montrer..."

- " Oui, maître..."

Kyuki soupira exaspéré de ce mot "maître"...en fait la raison pour laquelle il s'entendait si bien avec ses servus, c'est que pour la pluspart ils avaient grandit avec lui. Ils étaient les servus de son père pas les siens...Eux avaient servit avec plaisir et respect le maître Hi. Ils servaient Kyuki avec encore plus de plaisir...Hi était déjà respectueux envers eux, yuki ne se considérait pas comme leur maître, tout au plus il les considérait comme ses petits frères et se sentait le devoir de les protéger...

Peu après un joli Neko les rejoignis. Très effeminé, les cheveux longs et chatains. Une queue fine et chatain-gris et des petites oreilles.

- Bonjour. Mon nom est Kanan. venez, je vais vous mener à la salle de bain de l'étage. dit le neko d'une voix douce.

Il guida ensuite Migaru jusqu'à une autre pièce non loin. il s'agissait d'une pièce spacieuse presque entierement carrellée de blanc, de bleu et de verre et dont les mur était munis de grand miroir. Il y avait une baignoire spacieuse et non loin une douche. Kanan montra à Migaru les placards qui contenaient les grandes serviettes douces. Il montra des étagères remplies de sucres de bains et de parfums, et de tout ce qui peut servir dans une salle de bain.

- Je vous laisse dans votre intimité, si vous avez besoin de moi je suis juste devant la porte. indiqua Kanan avant de sortir

Derrière la porte kanan fut rejoint par Kyuki. Le neko le regarda en souriant d'un air taquin.

- Quoi? demanda Kyuki

- Il est mignon.

- Kanan...

- Maître, vous...

- Ca n'est pas important...pour le moment, nous allons le remettre sur le pied. Il ne tient surement pas à êttre à mon service...pas après ce qu'il semble avoir vécus...

- Maître si je peux me permettre, s'il doit servir quelqu'un...

- Justement, il n'a à servir personne...

- Peut être mais avec son physique, s'il sort d'ici sans protection, il va de nouveau se faire traquer...Tu le sais Kyuki...même en étant le fils d'un puissant dominus, la moitié du village a essayé de t'asservir...dit kenren qui les avait rejoint avec Tenpo main dans la main...Kyuki sourit en voyant le petit couple segronu formé par ses servus

- Oui...et moi je sais me défendre...

- Mon dieu, je n'imagine même pas ce que ce pauvre gamin a du subir. s'horrifia Tenpo

Kyuki baissa la tête, il ne souhaitait même pas l'imaginer...Si il n'avait pas eût le soutient de ses servus, il serait sans doute anéhantis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Mar 26 Aoû - 19:26

Migaru qui se lassait de rester prostré dans le lit avait demandé à son sauveur l'autorisation de prendre une douche, lui donnant la réponse d'un sourire.
Pour une raison qui lui échappait, ce sourire aussi furtif et banal soit il ne put empêcher le neko de se sentir... différent à ce moment là.
Le grand homme sortie de la chambre et appela l'un de ses serviteurs d'une manière la plus douce et bienveillante qu'il soit. Et bien vite un neko apparut à ses côtés.

- Bonjour. Mon nom est Kanan. venez, je vais vous mener à la salle de bain de l'étage.


Décidément il n'était pas habitué à être vouvoyé et traité comme si c'était lui le maître. Car qui pouvait ont traiter aussi soigneusement sinon un dominus?...
Il regarda le servus en clignant plusieurs fois ses grands yeux le temps qu'il se face à cette idée et reprenant un air plus sérieux il trouva enfin la parole:

-Bien...


Pourtant, il fit rapidement un petit demi-tour jusqu'à la table de nuit où il pris avec lui sa sacoche de cuir, et après avoir lancé un furtif petit coup d'œil aux deux présences derrière lui, il fit subtilement glisser son couteau dans sa grande manche et rejoins enfin son semblable.

Celui-ci l'emmena dans une nouvelle pièce. Durant son chemin, aussi court soit il, Migaru marcha assez lentement, afin de s'éviter une nouvelle chute puisqu'il sentait malgré son rétablissement croissant qu'il titubait très légèrement mais aussi pour laissait son regard voguer sur le couloir et la salle de bain lorsqu'il y arriva.
S'arrêtant au centre de la grande pièce, il fit un tour sur lui même, admirant le mobilier visiblement riche et son propre reflet dans les grandes glaces. Le serviable guide lui indiqua l'emplacement des serviettes et des lotions nécessaires à se laver, et Aï constatant le luxe et le confort de tout le matériel mis à sa disposition ne répondit que de vagues hochements de tête, peut être aussi parce qu'il se sentait plus timide avec la tendre créature que méfiant.

- Je vous laisse dans votre intimité, si vous avez besoin de moi je suis juste devant la porte.

Et Kannan referma la porte derrière lui.

A présent seul, il survola une dernière fois la salle des yeux pour repérer les lieux puis avança vers la douche. Il posa sa sacoche qui ne l'avait pas quitter sur une chaise et en un petit geste brusque fit glisser la lame de sa manche à sa main.
Non, il ne pouvait pas s'en séparer, même pour une activité aussi banale qu'un bain son couperet ne le quittait pas. Surtout pour le bain en fait... C'était une leçon qu'il avait bien acquit, ayant passer des années entouré de pervers qui profitaient de ce moment ''d'intimité'' pour le reluquer et se laisser aller à leurs passion sordide à la vu de ce si beau corps... bien sûr, il ne dégageait de cette maison que de la bonne humeur et de la quiétude, pourtant c'était plus une appréhension encré en lui qu'autre chose, il devait avoir cette arme prêt de lui.
Délicatement il la déposa sur le porte savon afin d'être sûr de l'avoir à proximité et commença enfin à déboutonner sa chemise. Il fit glisser le vêtement le long de ses bras avant de tomber par terre, dévoilant son frêle corps couvert de petites marques.
Il alluma l'eau qu'il régla à température tiède avant d'entrer timidement dans la cabine et refermer le rideau derrières lui.

Pour s'accommoder à l'eau, il s'immergea entier sous le jet, fermant les yeux sous les gouttes fulgurantes et se frottant le visage et le corps ruisselant, caressant par ce geste les quelques cicatrices qui le recouvraient. Ce n'était rien de plus que de petites marques légères plus ou moins anciennes, pour la majorité visible si on y jetait un coup d'œil attentif. Rien d'assez marquant qui ne lui vaille le surnom de ''balafré''. Mais les plus observateurs pourraient y constater la diversité du genre de blessure qui le recouvraient: des coupures, des griffures, mais des brûlures aussi... Ses traces discrètes ne parsemées pas tout son corps, mais son dos particulièrement même si on pouvait en apercevoir certaines sur son torse, ses flancs, ses bras et ses jambes. Il avait beau les toucher involontairement pour se laver, elles ne dégageaient heureusement plus aucun mal. Seule la douleur lié aux souvenirs quelles renfermaient était présente...

Pourtant un faible picotement se fit sentir lorsqu'il effleura de son doigt une fine coupure rougeoyante sur la haut de son épaule. Il avait dut se faire ça dans la forêt et pour ôter ce léger fourmillement il passa un petit coup de langue dessus. Mais ses yeux se firent contrariés et tristes.
Mais pourquoi fallait-il toujours en revenir à cette fichue morsure bon sang! Même hors de sa vu, ce qu'il avait infligé à l'homme le hantait encore?!...

Énervé contre lui même, il tourna la vanne et tira une grande serviette de son portant dans laquelle il s'enroula avant d'ouvrir le rideaux.

Pour se sécher, il ne passa qu'un rapide et énergique coup de serviette sur la tête et s'essuya le corps en omettant pas de faire glisser sa longue queue velu entre la serviette. La première chose qu'il fit immédiatement après fut de de saisir son couteau et son sac qu'il attacha à sa taille et s'avancer vers la baignoire. Là, il posa son pieds sur son rebord et saisit les deux sangles pendant à la base de la sacoche, plus fines et courtes que la ceinture pour les attacher fermement à sa cuisse. C'était un système assez ingénieux pour éviter de se la faire arracher et que Gojio semblait avoir bien reprit. Il fini ensuite par glisser son arme au dos de la poche, le métal froid calé contre sa peau et ne faisant dépasser que le manche. Il se positionna face à un miroir et se contempla. Ainsi il se sentait plus en sécurité se sachant en possession de ses accessoires fétiches et indispensables, car sous ses airs ordinaires, sa pochette lui permettait à y ranger tout ce qu'il volait jadis aux gens.
D'ailleurs, une fois ses vêtements prêts et ses forces revenues, il serait temps pour lui de repartir!...

Après avoir renfilé la chemise, il se décida à sortir de la salle de bain, non sans avoir pourtant jeté un petit coup d'œil dans l'une des étagères. Il ouvrit la porte et huma les délicieux parfums qui sortaient de tous les produits de bains, odeurs qu'il n'avait pas coutume de sentir. Autant en profiter puisque personne n'était dans les parages et qu'en plus on lui avait même autoriser à les utiliser! Puis il sortit enfin.

Son visage entouré de mèches encore plaqué et d'où glissait quelques petites perles, sa longue queue aux poils hérissés par l'humidité, il regarda Kanan qui n'avait visiblement pas quitté son poste et se dirigea de nouveaux vers la chambre puisqu'il en connaissait le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Ven 29 Aoû - 0:23

Kyuki discutait tranquillement vec le couple de servus. Enfin à ce moment là il discutait avec Tenpo qui lui parlait de l'avancé de la confection des vêtements pour le jeune homme. kenren redressa soudainement la tête en reniflant l'air et esquissa un sourire. Peu après Migaru apparut dans l'encadrement de la porte.

Le neko avait les cheveux trempés, des mèches collées à son front. Ses poils étaient hérissés par l'humidité. kyuki se tourna vers Aoi et s'iimobilisa la bouche légèrement entrouverte, détaillant chaque partie de son visage. Ses cheveux, ses oreilles trop mimi, ses yeux, ses magnifiques yeux transperçant tout...ses fines lèvres...si tentantes...

Il fut rammené à la réalité et retiré de sa contemplation par les rires étouffés de Tenpo et de Kenren qui se moquait de lui et de sa réaction. Il les regarda et leur tira la langue...réaction très mature en effet...

Il se leva ensuite et s'approcha de Migaru.

- Euh...Je...J'ai préféré attendre, comme je ne savais pas ce que tu voulais faire...si tu veux visiter le manoir, ou manger...ou ce que tu veux...enfin...

Il esquissa un sourire. Il s'insulta mentalement en se rendant compte qu'il rougissait et perdait son assurance devant le neko.

[desole c'est pas top...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Ven 29 Aoû - 18:44

Lorsqu'il sortit de la salle de bain, Aï se retrouva face aux servus mais également à Nijihi qui eut une attitude des plus... étrange...
Immobile, ses yeux ahuris dévisageant le neko, celui-ci haussa un sourcil ne comprenant pas l'origine d'un pareil comportement. Après s'être levé et approché, il lui balbutia sa demande sur ce que le jeune servus voulait faire.
Il ne fut que d'avantage étonné en constatant combien le maître se trouvait mal à l'aise devant le simple servus qu'il était. Et à vrai dire, il ne comprenait pas vraiment pourquoi... Il n'avait encore jamais eut à faire à un pareil comportement...

Considérant sa demande, le chaton réfléchi un moment avant de répondre:

-Je ne sais pas... j'ai assez manger pour vivre encore quelques jour sans, et cette maison m'importe peu... de toute façon, je ne compte pas y rester!Lâcha t-il en passant devant le dominus, se dirigeant jusqu'à la chambre sans lui jeter un regard.

Après avoir passé la porte de la chambre bleu, il se dirigea lentement vers la cheminée devant laquelle il s'accroupit. Les bras enserrant ses jambes, le menton sur les genoux, il scrutait les yeux vagues le feu qui se mouvait sans danger dans sa prison de pierre.
A quoi bon visiter cette demeure? Une fois qu'il aurait repris assez de forces et retrouvé toutes ses affaires, il n'aurait plus rien à faire ici. Mais qu'aurait il à faire ailleurs?...
Ça il n'en avait aucune idée. Fuir, se battre pour survivre... Errer n'importe où parce qu'il n'avait en ce monde aucune attache... Mais il ne voulait pas en avoir. La captivité l'effrayait, plus que la liberté en tout cas. Libre, il pourrait toujours s'échapper et fuir les ennuies et le danger. Prisonnier de quiconque... Il serait forcer de vivre pour son possesseur et subir ses exigences. Et ça, il l'avait trop vécu et ne voulait surtout pas risquer de renouveler la même histoire...

Il repensa au sourire de l'homme lorsqu'il lui avait proposé la visite. Ce sourire maladroit mais sincère et chaleureux... D'une chaleur qui semblait bien malgré lui l'avoir affecté... C'était tellement bizarre, cette sensation... Il n'arrivait pas à mettre des mots dessus, mais c'était agréable, et pourtant, pour une raison qui lui échappait, il n'en voulait pas. Peut être parce qu'à chaque fois ça le renvoyait inéluctablement à cette culpabilité inexplicable qui le rongeait de l'avoir blessé aussi sauvagement. Pourtant, il n'était pas dans ses habitudes de s'inquiéter pour les gens qu'il agressait et de regretter ses gestes. Alors pourquoi, pourquoi avec lui ceci l'obsédait?!...

Il se souvenait lorsque son maitre, très porté sur l'alcool, se blessait soit disant par sa faute, se coupant avec une bouteille qu'il venait de casser et qu'il lui demandait de son air sadique et méprisant de venir lécher sa blessure, ce que le frêle animal apeuré exécutait sans résistance. Il se souvint du gout équerrant de cette main, de la saveur amère de ce sang... Tout en cet homme le dégoutait au plus haut point.

Cette cruauté, cette perversité... comment était-il possible qu'elle soit quasi absente chez ce dominus? Il ne comprenait pas et ceci l'énervait un peu. Et bon sang, cette maudite blessure...

Migaru qui s'était presque recroquevillé sur lui même se leva doucement et se retourna vers le dominus. Son visage d'habitude crispé par sa méfiance ne reflétait plus que de la culpabilité et de la gène. Il se dirigea vers Kyuki de sa démarche calme et dandinante de félin, remuant sa longue queue au rythme lent de ses pas.
Il s'approcha donc, et une fois arrivée en face de lui il posa ses mains sur les cuisses de l'homme avant de s'agripper à sa chemise tandis qu'il se hissait en poussant sur l'une de ses jambe alors que l'autre était venu se loger entre celles du dominus assit, touchant presque son entre. Le tout sans arrières pensées et dans le simple but de se dresser à son niveaux.
Une fois en place, assit à califourchon sur l'une de ses jambes, l'animal pris délicatement son bras qu'il observa d'un air triste et coupable. Sans le toucher et le quitter des yeux, il laissa survoler sa main sur le bandage comme pour le toucher sans osé, comme pour espérer par se geste absorber le mal qu'il avait causé. Chose inutile puisqu'il n'était doté d'aucun pouvoir de guérison. Mais il s'en voulait tant... Puis il fut attiré par des marques sur le haut de son bras.
C'était les entailles profondes qu'avaient laissés ses ongles. Cette blessure encore rougeâtre n'avait pas était pansée, et doucement le chat ramena le bras vers lui. Guidé par ses instincts animal et retrouvant d'ancien réflexes dues à son éducation d'esclave, il rapprocha doucement sa tête de la marque et vint timidement y donner un petit coup de langue. Puis un autre, et encore un...

Le petit chat s'adonna à la tâche avec beaucoup de minutie, léchant en long et en large la blessure. L'expression sur son visage n'était plus que celle d'un esclave soumis qui exécute sagement les ordres de son maître. Sauf que là, le maître en question n'avait rien demandé et que c'est de son propre chef que l'animal agissait de la sorte!
Il voulait le soigner LUI, laver cette griffure dont il était à l'origine... Il aurait voulut le faire avec la morsure, mais celle-ci avait déjà était confiée aux soins surement meilleurs du servus, et s'en occuper de cette manière n'aurait pu que la réouvrir et raviver la douleur. C'est d'ailleurs en partie ce qui se passa avec l'autre, puisque il sentit un léger gout de fer titiller sa langue en action, qu'il refusait d'arrêter. La salive des animaux serait d'après ce que l'on dit, un excellent désinfectant et cicatrisant. Même si certain avaient souvent démenti la chose, le neko voulait y croire. Il voulait par cet acte se faire pardonner, racheter son erreur, et sans doute aussi tenter de faire disparaitre cette culpabilité inexpliquée qui le hantait.

Il lécha servilement la griffure jusqu'à ce que le goût de sang disparaisse, après quoi il se redressa lentement. Il n'osait pas croiser le regard du dominus, risquer d'y voir de la déception, du dégout ou bien un plaisir sadique naissant. Il voulait juste se racheter, et il ne connaissait pas d'autre manière de le faire...
Mais il n'y avait pas que ça.
Cet homme, ses attitudes... tout ça l'intriguait tellement... Il ne pouvait pas comprendre comment l'on pouvait être si agressif et gentil à la fois... Jamais auparavant quelqun n'avait eut un pareil comportement avec lui... Et même cette colère, cette violence verbale dont il avait fait preuve à son égard et pour laquelle il lui en avait tant voulut... Il avait beaucoup de mal à ce l'expliquer, mais ce pourrait-il qu'il ait... apprécié?
Il se sentait inexplicablement attiré par le ténébreux. Sa gentillesse, sa tendresse, toutes ces choses qui inconsciemment le renvoyait au doux souvenir de ses défunts parents, de cette époque révolu...
Il ressentait pour lui un sentiments qu'il avait si peu de fois connu...

Lentement, Migaru redressa la tête, tout en fermant ses yeux tristes et langoureux, rapprochant ses fines lèvres de celles du dominus, qu'il fini par atteindre.
Il resta quelques secondes ainsi avant de défaire ce chaste baiser pour renouveler l'action mais en laissant cette fois échapper sa langue dans la bouche de l'autre, espérant secrètement une acceptation de sa semblable...

Il se délia de nouveaux en baissant honteusement la tête. Il était gêné d'oser avoir un tel comportement envers son sauveur, mais aussi de ses incontrôlables réactions.
Discrètement, il fit glisser sa main vers le bas de sa chemise qu'il étira sur ses cuisses. Son sensible corps n'était pas resté indifférents au baiser qu'il venait d'échanger, ce qui se traduisait d'une bien honteuse manière.
Pourtant, son corps ne faisait que traduire ce qu'il n'osait s'avouer. Il était méfiant, ne le connaissait qu'a peine, mais malgré tout, les faits était bien là.

Lâchant son vêtement, il passa doucement ses minces bras autour du cou du dominus et se releva un peu de manière à ce que ses lèvres atteignent son oreille.

-Toi... Je veux que toi tu le fasse... Il marqua un temps de pause, réfléchissant un derniers instant aux conséquences de ce qu'il allait lui demander avant de lui susurrer: Prend moi. Je veux que toi tu me fasse l'amour!...

Le petit chat frémissant de peur et d'excitation resta ainsi agrippés à l'homme, sa tête enfouis dans le creux de son cou dans l'attente d'une quelconque réponse.

C'était si incompréhensible... Il lui était arrivé d'éprouver de l'attirance pour certaine personne, il savait ce qu'était l'amour. Mais c'était bien la première fois qu'il demandait de sa propre initiative à quelqun de lui faire subir ça. C'était la première fois qu'il éprouvait du désir, un désir si soudain et si fort pour quelqun...
Il ne le connaissait pas, il voulait apprendre à le connaitre. Mais ce qu'il voulait avant tout, c'était découvrir ce que pouvait être l'amour dans les bras d'une personne aussi troublante et intriguante que son sauveur, ce beau ténébreux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Sam 30 Aoû - 23:36

- Je ne sais pas...J'ai assez mangé pour vivre encore quelques jours sans, et cette maison m'importe peu...de toute façon je ne conmpte pas y rester...

Kyuki sentit son coeur se serrer en entendant ces mots. Pourtant il aurait dû s'y attendre...Pourquoi le neko voudrait-il rester ici...Ca n'avait pas d'interêt...Il afficha un sourire qui, malgré lui, fut triste.

Il observa Migaru. Celui-ci s'installa devant la cheminer en enserrant ses jambes de ses bras fins.Kyuki alla s'assoir sur le lit et resta silencieux à l'observer. Le jeune neko était vraiment très beau. Malgrés ces gestes parfois brusques causés par sa méfiance, il restait emplis d'une grâce et d'une douceur presque imperturbable. Ses petites oreills qui fratillaient au moindre son, sa queue qui bougeait amplement, ses grands yeux qui tentent de ne rien laisser filtrer.

kenren et tenpo quittèrent la pièce...Enfin disons plutôt que Tenpo tir Kenren de force en dehors de la pièce. Il ferma la porte mais les deux servus ne purent s'empêcher d'attendre derrière la porte...pour être sur que leur dominus ne craignait aucun danger...enfin c'était leur excuse....


Il le vit ensuite se retourner et se redresser. Le neko s'avança vers lui et s'aggripa à ses cuisses et sa chemise pour se redresser. a sa façon de bouger Kyuki comprit qu'il désirait juste se mettre à son niveau, pourtant son genou posé près, très près de son entre-jambe le maintenait immobile. Kyuki craignait qu'un mouvement de sa part fassse que ce genoux touche son entre-jambe, ce qui risquait de provoquer des choses gênantes chez le dominus.

Aï s'assit à califourchon sur l'une de ses jambes et frola du bout des doigts sa blessure avant de commencer à la lécher. Kyuki n'osait pas bouger. Il sentit un petit picotement mais en même temps, sentir la langue de chaton glisser sur sa peau...ce contact...ça lui plaisait...il aimait beaucoup ça et se demandait si ce n'était pas un rêve, alors il restait immobile.

le sang arrêta de coulé, la salive de Migaru commençant déjà son action cicatrisante. Peu après le Neko leva le visage et ferma les yeux, des yeux tristes. Kyuki ne bougeait toujours pas. Peu à peu il vit le visage de Migaru s'approcher. Il ferma les yeux et sentit les lèvres, les douces lèvres du chaton contre le siennes. C'était délicieux. celles-ci s'éloignèrent puis vinrent rencontrer ses lèvres à nouveau.
Encore surpris, Kyuki avait les lèvres entrouvertes. Et la langue de Migaru franchit ce "barrage" et leurs langues se rencontrèrent. La langue de Kyuki partit timidement à la rencontre de sa congénère.

Puis le neko s'écarta un peu et baissa la tête avant de tirer nerveusement sur sa chemisee pour cacher la réaction de son corps. Puis il lâcher finalment le pan de tisu et se redressa, approchant ses lèvres de l'oreille de kyuki et y sussurer des mots qui clouèrent le dominus sur place. Il s'attendait à tout, vraiment tout sauf à ça!!! Il équarquilla les yeux et ne bougea pas plus qu'avant. cette fois -ci il craignait vraiment que ça ne soit qu'un rêve...

mais ça n'en était pas un. Il le sentait...Il le savait. Il s'apprêtait à lui demander s'il était sûr mais il se ravisa en croisant son regard...Oui il était sûr.

Kyuki le fixa pedant quelques secondes puis il fit glisser ses doigts sur la nuque du neko. Il s'approcha lentement et redéposa ses lèvres sur celles du neko. Il entrouvrit ses lèvres et glissa sa langue dans la bouche de Migaru allant à la recherche de sa conseur. Il l'initia alors à un tendre balai d'amour.

Il fit glisser ses mains sur le torse de Migaru, puis sur ses cuisses. Il les caressa tendrement puis remonta ses mains et frôla la hampe du chaton. Il posa ses doigts sur la chemise et commença à la déboutonner lentement. Il continua à le déshabiller en l'embrassa, puis en mordillant et léchant son cou. Un fois qu'il eut retiré la chemise il observa le neko, détaillant son corps avec gourmandise. il se mordit la lèvre puis fit s'allonger le neko sur le lit et se plaça au dessus de lui.

il plongea son visage dans le cou du neko le caressant de ses lèvres sa peau si douce. il déboutonna son jean et sortit sa propre verge durcit. Ensuite il fit de léger mouvement de hanches de manière à ce que sa hampe frotte contre celle du Neko. il caressa sa cuisse lui faisant plier la jambe et s'écarta un peu sans cesser ses mouvements de bassin, pur observer le neko en se mordillant la lèvre.

Pouvait-il aller plus loin? Aï le voulait-il vraiment?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 31 Aoû - 14:54

Aï laissa doucement couler ses bras le long du torse de Nijihi et se détacha un peu de lui en levant le tête. Son regard légèrement craintif mais décidé plongea dans celui hagard de l'autre. Il était sérieux, prêt à le faire. Il n'attendait plus que la réponse du dominus qui ne semblait pas croire en la situation.

Mais il rosie lorsqu'il sentit une main se faufiler sur sa nuque, et d'avantage quand ses lèvres rencontrèrent de nouveaux les siennes. A en jugeait par son geste, l'homme semblait accepter son offre, et Migaru put sa réponse trouvée s'adonner sans remords à cette langoureuse valse.
Comme c'était bon... ce baiser si suave et si délicieux... il eut un peu de mal à redescendre de son nuage lorsque leurs langues se quittèrent, se prenant à rougir comme une jeune fille à qui l'on aurait volé son premier baiser. Mais de grandes mains baladeuses l'aidèrent à revenir à la réalité, le faisant rougir sous les caresses. Elles glissèrent sur sa poitrine puis vinrent caresser ses cuisses, avivant les comportements nerveux de son corps. Lorsque ses longs doigts effleurèrent sa verge dressée, la créature ne put réfréner un petit soupir de plaisir, tressaillant sous le contact.

Puis il commença à défaire la chemise du neko qui se laissa sagement faire. Un à un, sans brutalité, l'homme défaisait chaque boutons, ce qui changeait assez de ses habituelles batailles ou il finissait par se faire arracher ses vêtements, et qui pourtant n'étaient en rien semblable à ces fois ou la lenteur des gestes de ses partenaires était plus que tout né d'un désir de sadisme et d'humilité. Puis il répondait à ses baiser, penchant la tête de côtés afin de lui laisser gouter son mince cou. Les coups de langues le faisait rougir, mais ses dents sur sa chair le faisait frissonner, excitait son corps délicat. Il l'aida par des roulements d'épaules à enlever le vêtement, et une fois ceci fait, l'animal baissa timidement la tête sentant le regard doré de son compagnon le dévorer de toute part.
Sans opposer de résistance, il se laissa coucher dévisageant avec intérêt le brun au dessus de lui. Ses yeux aux couleurs mystérieuses rivés sur les siens, ses lèvres si sensuelles, se visage si fin...
Pourtant il ne pouvait faire cesser son frêle corps de trembler.

Ce n'ai pas qu'il n'appréciait pas, loin de là, mais il ne pouvait s'empêcher d'éprouver de la peur. Se savoir dominer par lui, plus grand, plus fort... Mais c'était bien la seule chose qu'il savait faire. Puis dans son appréhension se trouvait quand même une volonté et un désir qui le poussait à vouloir découvrir la suite.

Le visage rouge et les yeux humides, le neko aux oreilles rabattues regardait d'un air soumis le dominus, ses points repliées sur son torse accentuant ses airs de chat et les genoux acollés dans la tentative inconsciente de se protéger, sans pour autant le privé de la vision de son organe dressé. Mais le ténébreux fondit sur lui pour embrasser son cou. Laissant timidement ses mains se glisser dans sa chevelure revêche couleur de jaie, il ferma les yeux au contact du souffle chaud qui glissait contre sa peau. Mais il les réouvrit en sentant le dominus bouger sur lui et découvrir le visage pivoine son membre déjà bien gonflé.

Il se demanda un instant s'il avait vraiment bien fait de lui faire une telle proposition et si ça n'était pas plutôt se jeter la tête la première dans la gueule du loup... Mais il n'eut pas le temps d'approfondir la question qu'il expira en un râle assez sonore et se cambra machinalement. Il releva la tête surprit, gêné d'avoir lâcher un pareil soupir, mais un nouveaux mouvement le fit gémir.
Le membre rude du ténébreux ne cessait ses frottement contre celui durcissant et sensible de l'animal, qui envahi de lourdes bouffées de chaleurs tentait désespérément de retenir ses gémissement. A ce rythme là, il risquait bien de jouir de ce simple contact. Sans parler du regard profond du dominus qui reluquait avec délice et insistance le petit neko haletant qui se sentait redoubler d'excitation par ce simple acte. Mais sentant sa mains relever sa cuisse, le servus se redressa subitement en s'accrochant aux épaules de l'homme.

-A... attends... On dirait que tu veux me manger... alors que moi je ne t'aies même pas encore gouté...

L'animal se hissa jusqu'au cou du dominus et vint léchouiller l'oreille avant d'en mordiller le lobe. Ça allait trop vite pour lui, il voulait que ça dure un maximum de temps, apprendre à le connaitre et le découvrir sans se presser. Puis il voulait lui montrer de quoi il était capable. Il voulait lui faire plaisir, le faire jouir lui aussi. Il avait de l'expérience en la matière et voulait lui en faire profiter.
Il savait- bien que n'en possédant pas puisque sa seule paire d'oreille était celle de chat- que le lobe faisait partie de ces zones sensibles chez les humains et il voulait vérifier quelque peut amusé si c'était le cas chez lui aussi. Comme le cou légèrement basané qu'il lécha reniflant en même temps son parfum, son torse finement musclé qu'il embrassa après l'avoir aidé à ôter son t-shirt, sans s'attarder sur ses tétons affriolants puisque une autre tâche l'attendait, et faisant couler ses lèvres le long du ventre où il laissa au passage un coup de langue sur le nombril, pour redresser son visage lorsqu'il arriva à la base de la verge du dominant.

Hésitant, il détailla la majestueuse gâterie avant de se pencher dessus.
Timidement d'abord, il la prit dans sa main et vint y donner un long coup de langue. Il répéta le geste en la contournant, s'attardant sur le gland, et déviant parfois sur le ventre et les bourses, rendant rapidement son geste plus sauvage, surtout lorsqu'il se plut à la mordiller mesquinement. Et enfin, après un cour moment de pause et sans demander l'avis du ténébreux, il ouvrit la bouche et s'empara entièrement du sexe, qu'il fit doucement aller et venir entre ses lèvres.

Il voulait le faire jouir, l'entendre dire qu'il était bon et doué. C'était ce qu'avait toujours dit ses précédents partenaires, et c'était bien la seule chose qui pouvait l'inciter à aimer faire ça et à le faire se sentir supérieur au moins sur un point.
A quatre pattes, sa queue en l'air balançant lentement de droite à gauche, il s'adonnait à l'œuvre avec beaucoup de soin et de savoir faire, espérant secrètement obtenir l'estime et l'admiration du maître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 7 Sep - 1:42

C’était si bon ce baiser… c’est vrai que lorsqu’il avait trouvé le jeune homme affaiblit dans la forêt, il n’avait pas hésité une seconde et l’avait directement ramené au manoir. Mais au fil des heures il s’était rendu compte que son ventre se serrait à chaque regard froid….qu’il était heureux rien qu’en étant en sa présence…qu’il avait l’impression d’avoir des papillons se baladant dans son ventre…Pourtant ça ne pouvait être possible…On ne peut pas…pas en si peu de temps…Pourtant il n’y avait pas d’autres explications….Etait-il possible de tomber amoureux si vite ?

Il continuait ses mouvements et ses caresses presqu’inconsciemment, entrainé par le désir et…l’amour ? Il se délecta du frisson qu’avec provoqué par l’effleurement de la hampe du neko. La suite se passa à la fois très vite et très lentement. Il déshabilla le neko et l’allongea délicatement commençant tendrement à le caresser. Il sentit le corps du neko frissonner, mais décida de ne pas s’arrêter, se disant qu’après ce qu’il avait vécut, c’était normal. Cependant il décida d’aller lentement, pour faire attention à chacun des soupir du neko, pour être sûr que ses gestes soient acceptés.

Il avait dégraffé son pantalon et bougeait maintenant suavement contre le neko lui arrachant des gémissement et des soupire etdes gestes et reflexes déliceux comme ses cambrures.

Il fit glisser ses doigts sur la cuisse du neko la relevant. Il voulait la sentir contre sa jambe, il voulait sentir tout ce qu’il pouvait sentir du blond. Ce geste fit se redresser le servus subitement et Kyuki s’insulta mentalement, ce genre de geste était en général préliminaire à l’acte avancé, r il souhaitait d’abord faire subir au jeune homme de délicieuses préliminaires.

Le neko prit alors la paole. Il voulait goûter le morphe ? kyu n’eut pas vraiment le temps de chercher à comprendre ce qu’il voulait dire puisque quelques secondes plus tard le neko lui donnait une réponse.

Il avait en effet commencé à léchouiller et mordiller son oreille ce qui le fit soupirer d’aise. Comme bien des gens il était assez sensible à ce niveau…les lèvres du neko descendirent ensuite dans son cou puis sur son torse…Mmmh, c’était véritablement excquis. Son ventre se contracta soudainement tandis que de ses lèvres s’échappait un son de plaisir étouffé, tout cela provoqué par un malicieux coup de langue porté à son nombril, zone des plus érogène chez Kyuki.

Le neko descendit plus bas et se stoppa au niveau de la verge du dominus. Kyuki le regarda en déglutissant difficilement. Le neko comptait-il… ?

- « Aaahhh… »

Oui, il comptait en effet….la main du servus maintenait son membre gonflé tandis que la langue mutine du chaton s’activait à le faire durcir encore plus en caressant la verge. Kyuki s’agrippa aux draps en gémissant. Les lèvres, la langue et même les dents de Migaru s’évertuaient à l’exciter d’avantage et à lui arracher des soupirs de plus en plus rauque.

- « Ahhh…Aï…tu…mmmhhh…n’est pas….Nhhhh…obligé….HANN !!! »

A peine eut-il finit sa phrase que sa gorge laissa échappé un gémissement sonore provoqué par la prise en bouche de son membre par le neko. Ce dernier se mit à faire des aller et venu sur le membre. Ses lèvres délicieuses qui glissaient fougueusement sur cette zone vraiment, mais alors vraiment très érogène…. Kyuki écarta inconsciemment les jambes, donnant libre accès à cette délicieuse bouche. Les yeux clos par le plaisir, une main crispée sur les draps, l’autre glissant jusqu’aux cheveux souples du neko pour les caresser, le dominus se cambrait t gémissait aux grés des gestes de son amant.

- « Ohhh ! Aï ! C’est…ahhh…c’est trop bon….mmmh…oui…parfait …han…continue Aï…oui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 7 Sep - 14:57

Migaru voulait aussi participer au jeu. Il s'agrippa donc au morphe qu'il vint sensiblement mordre à l'oreille. Ce derniers lâcha un soupir d'aise, ce qui amusa quelque peu le neko. Ainsi il était bien sensible ici? Il ne s'attarda pas sur sa trouvaille et partie découvrir le corps finement musclé du jeune homme, le goutant de toute part. Il semblait apprécier, ce qui ne gêna pas l'animal dans son exploration. Puis le ténébreux eut un soubresaut et un soupir en sentant la petite langue humide venir gouter son nombril, ce qui fit intérieurement sourire l'homme-chat. Celui qui dégageait tant par sa carrure, son caractère et son statut une certaine dureté était en fait un grand douillé! Vraiment, cet être était très intéressant...

Enfin, il arriva sur le terrain tant convoité. Il lui fallut un petit moment pour se décider pour de bon à explorer plus minutieusement l'édifice de chair du ténébreux auquel il ne fit pas réellement attention lorsqu'il déglutit en appréhendant son geste. Mais il fini par le faire, avec de petites attentions d'abords, tel un petit animal bien élevé auquel on aurait appris à manger avec propreté et contenance. De petites attentions qui pourtant avaient de bien grands effets sur le dominus. Mais malgré sa bonne éducation, la créature ne put retenir son appétit rapidement plus avide bien longtemps et en oublia ses bonnes manières, dégustant avec plus de fougue le beaux morceaux de chair qui ne cesser d'augmenter de volume, soutirant à sa proie de bien agréables cris.
Vraiment délicieux...

- « Ahhh…Aï…tu…mmmhhh…n’est pas….Nhhhh…obligé….HANN !!! »

Le sulfureux neko lui laissa à peine le temps de finir sa phrase qu'il se jeta comme affamé sur le met de choix. Il n'était pas... obligé?!... Ce n'était pas ce qu'entendaient ses anciens compagnons. Ni se qu'il entendait en ce moment même d'ailleurs! Il ne voulait pas avoir eut l'air de ce jeter sur lui comme si c'était la seule chose qu'il est eut l'idée de faire pour se faire pardonner ses fautes! Non... c'était plus compliquer... c'était... une partie de lui qui avait ardemment désirer le gouter ainsi...

Le visage rouge tant par l'excitation que par l'air qu'il lui manquait un peu, Aï se languissait malgré ses airs soumis des réactions encourageantes du dominus. Ses sursauts, ses gémissements, ses jambes approbatrices qui l'avaient laissaient agir aisément... Il sentait qu'il lui était agréable, il savait que sa lui plaisait et n'en était que plus ravit! Le chat faisait glisser ses lèvres à rythmes régulier sur le baton de chair, s'appliquant à sucer et aspirer le membre afin de faire varier et augmenter les sensations. Sous lui, il sentait par moment les draps glisser, attirés par la pression de cette main crispé par le plaisir. D'ailleurs, lui même n'était pas en reste à se niveaux là, et tandis que son cœur accélérait à mesure qu'il sentait le plaisir de l'autre grandir, son sexe ne cessait également de croître sensiblement, demandant lui aussi à un traitement de faveur particulier, du moins s'il ne se déversait pas d'ici là...

- « Ohhh ! Aï ! C’est…ahhh…c’est trop bon….mmmh…oui…parfait …han…continue Aï…oui…

Enfin il avait une réponse concrète de ce qu'il espérait! Intérieurement heureux, le félin laissa éclater sa joie en redoublant d'ardeur. Il voulait lui plaire, il lui plaisait! Ses joues plus rougis par le contentement, quelque chose le fit soudainement se crisper. Heureusement pour Kyuki, cette réaction n'eut aucun incident regrettable sur son corps, le chat s'étant toutefois maitrisé. Mais cette main qui s'était glissé dans ses cheveux, il avait d'abord cru qu'elle était venu l'inciter à sa manière de continuer le mouvements. Mais il n'en fut rien, et se détendant, il continua son massage buccale, reprenant le rythme qu'il avait subitement perdu.
Il sentait en même temps que l'autre que sa semence menaçait à présent de sortir, mais il ne put malgré tout arrêter maintenant. Les laisser l'un comme l'autre dans un état aussi critique! Et puis, il avait bien parler de le gouter, n'est ce pas? Alors en une dernière absorption, plus brusque, plus violente, il sentit dans sa bouche le liquide fertile se déverser soudainement.

Il se redressa, doucement. Par chance, son propre corps n'avait pas failli sous l'excitation et renfermait toujours sa propre liqueur. Le visage baissé et la bouche pleine, il déglutit le tout en un gracile cambrement de tête qui dégagea ses cheveux collés par la sueur sur son délicat visage rougeâtre. Un mince filet blanc coulait encore du coin de sa bouche, lorsque le neko un peu essoufflé plongea ses larges yeux bleu dans ceux dorés de celui dont il avait gouté le délicieux ''lait''...

<center>_________________</center>


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Sam 20 Sep - 1:22

Kyuki était un dominus assez connu, tant par son paternel que par lui-même. Il était enflammé, impulsif et pourtant il possédait un esprit vif, logique et capable d’une grande stratégie. Il était considéré comme puissant, il était respecté, mais pas par la peur, il était respecté, réellement, pour lui. Et en plus de ça, il était réputé pour être un très très bon partit. Dragueur dans l’âme, il attirait tous les célibataires et même les non-célibataires, du coin. Sa capacité de morphisme et son sang de pyro ajoutant encore plus à son charme. Pourtant, malgré cette réputation de dragueur, aucunes aventures ne lui étaient connues.

En vérité, il n’était plus puceau, mais il n’était pas non plus du genre à coucher souvent. Il avait eu quelques aventures avec certains de ses servus…en faite à part une ou deux exceptions, il n’avait jamais eut d’autres amants que les hommes qui le servaient. Mais chacune de ces aventures n’engageaient à rien d’autre qu’au plaisir et presque à chaque fois il s’agissait d’un plaisir que le servus proposait lui-même de faire découvrir au dominus. C’était Gojyo qui lui avait appris les rudiments du sexe, et il avait perdu sa virginité avec Hakkai. Il avait même été une fois invité à participé aux ébats de Kenren et Tenpo.

En somme, l’expérience sexuelle de Kyuki était peu fourni au niveau quantité, mais incroyablement remplis au niveau qualité. Et il pouvait se vanter de ne pas être mauvais du tout selon ses « employés ». Tous s’accordaient également pour dire que l’excitation sensibilisait énormément sa peau et tout son corps. Il était très réactif à toute attention, et le neko pouvait à son tour le constater.

Chaque geste, chaque contact faisait frémir le morphe, la langue de neko s’activant sur sa verge tendue le rendait fou de plaisir et il ne se gênait pas pour le faire entendre. Est-ce que le neko prenait du plaisir à faire cela ? Il ne pouvait le dire mais il était sûr que lui il en prenait trois fois la dose, de ce plaisir c’était si bon…

Le chaton accéléra la cadence, poussée par les cris du dominus. Celui-ci en revanche sentit soudainement la cadence diminuer, à cause de son geste inconsidéré. Cependant le neko se repris bien vite et repris le mouvement à la cadence perdue précédemment et même plus. Il se sentait au bord de l’extase, il allait prévenir le Migaru mais celui-ci ne lui en laissa pas le temps. Une nouvelle absorption, encore plus délicieuse que toutes les autres, le fit atteindre l’extase. Il se cambra subitement s’agrippant comme il pouvait aux draps.

- Oohh….Aï…HAAANNNN!!!!

Il se laissa retomber sur le matelas, en nage, les yeux mi-clos. Il avala sa salive et se hissa en appuis sur ses bras pour se redresser. Le neko s’était lui aussi redressé et le regardait, un peu de semence au coin des lèvres. Kyuki s’approcha de lui lentement et pris doucement son visage dans sa main. Il se rapprocha et sortit sa langue qu’il passa avec douceur sur la commissure des lèvres de Migaru récupérant et goûtant à sa propre semence. Il regarda ensuite le neko et déposa ses lèvres contre celles du servus entamant un superbe tango entre leurs langues. Avec une tendre lenteur il fit s’allonger le neko s’installant près de lui.

Il caressa son torse du bout des doigts en embrassant son cou et remontant jusqu’à la base des oreilles de chats puis redescendant jusqu’au cou. Il caressa quelques secondes les tétons du neko et pinçant doucement avant de glisser ses doigts plus bas encore, jusqu’au ventre, puis jusqu’à l’aine. Ses doigts s’infiltrèrent entre les jambes du sylphe allant caresser ses bourses puis remontant sur l’aine, frôlant la verge tendue avant de retourner sur les bourses pour les malaxer. Il descendit ses baisers, toujours avec une lenteur presque intenable et en même temps délicieuse, jusqu’aux tétons. Il les lécha et les mordilla. Il se stoppa quelques secondes et releva les yeux.

- « Si jamais…quelqu’en soit le moment…si tu veux arrêter….tu…ne te gène pas d’accord ?...tu m’arrête… »

Il déglutit et redescendit les yeux sur le torse du neko dès que celui-ci eut acquiescé. Il reprit son activité, titillant ses tétons de sa langue mutine tandis que ses doigts coulaient maintenant sur la verge gonflée de désir. Il la prit en main et entama un doux massage de plus en plus vif passant par moment son pouce sur le gland. Il continua ainsi à le masturber.

Il se mouvait de façon lente et tendre…il voulait profiter de ce moment, se délecter de chaque seconde. C’était la première fois qu’il ressentait une telle chose. Il se sentait si bien avec le neko. Il descendit ses baisers plus bas, sur le ventre, allant titiller le nombril comme son amant quelques minutes auparavant. Sa main s’activait toujours en délicieux va et viens sur le pénis durcit et ses lèvres continuèrent leur chemin. Sa langue caressa son aine et ses bourses puis doucement après une dernière caresse sur le gland il cessa le mouvement de sa main et sa langue remonta sur le bâton de chaire dans une longue et délicieuse léchouille. Il alla sucer le gland avec gourmandise et regarda Migaru. Il lécha avec avidité mais toujours de façon lente, puis enfin la prit en bouche et commença à la sucer avec voracité en gémissant presque lui-même de cette action.

Il le vouait, le goûter, le sucer, l’entendre gémir, le sentir frissonner…toutes ces choses étaient si douces pour lui… Il suçait le sexe avec satisfaction en palpant les couilles et en caressant la cuisse de son amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 28 Sep - 20:40

Migaru observait le grand ténébreux qui c'était laissé faillir sous l'extase. Ses larges yeux azurs ne quittaient pas ceux qui reflétaient le plaisir du dominus qui se redressa un peu vers lui, attrapant délicatement son doux visage. En petit animal fragile, il ne s'opposa pas face à ce doux geste, fermant les yeux quand il vint le nettoyer de son sperme, les rouvrant le temps de les replonger une dernière fois dans les siens, avant de s'abandonner à la sulfureuse valse à laquelle il venait de le convier. Grisé par le baiser, bercé par la douceur dont il faisait preuve, il se laissa allongé sur les draps sans rien dire.
Alors que ses petites mains frottaient affectueusement le torse halé du maître, son corps sensible frissonnait sous les lents parcours de ses doigts explorateurs. Et tout en passant gracilement ses bras dans le dos du dominus, il pencha la tête de côtés pour faciliter la tâche de ses lèvres expertes, refrénant ses quelques haussements de respiration. Surtout lorsqu'il vint l'embrasser à la base des oreilles, organe quelque peut sensible chez le neko.

-Aaanh!?...

Un petit soupir lui avait échappé. Un bref instant, ses tétons étaient devenus les proies de mains joueuses. Mais bien que sauvées, le chemin qu'empreintaient désormais les doigts du bellâtre ne présageait rien de bien moins excitant. Son ventre chatouilleux lui soutira un frisson au passage de ces mains, mais d'avantage lorsque celles-ci pénétrèrent dans sa zone intime.

Cette main curieuse qui s'aventurait sans retenu sur les parties génitale de l'adolescent, l'explorant en de lents aller retours sur ces même zone sensibles éveillaient en lui d'incontrôlés soupirs qu'il tentait pourtant de retenir.
Prit de bouffés de chaleurs plus fortes qu'auparavant, Aï s'accrocha assez fermement au cou du noiraud dans la recherche d'un réceptacle à ses ébulitions, avant que sa tête ne s'échappe de sa prise pour aller découvrir plus en détail les réactions étonnantes que provoquaient les sensibles petits bouts de chairs...
Pourtant le temps que prenait le dominus pour arriver au point voulut le faisait tant frémir d'appréhension que d'excitation. Mais enfin ses lèvres trouvèrent, après avoir parcourut sa peau sensible, un petit bouton rosé qu'elles goutèrent avec amusement et gourmandise, décochant au minet d'agréable petits gémissement étouffés. Surtout lorsque celui-ci fut confronté aux dents mesquines de Nijihi...
Le petit neko dont la queue velu s'agitait nerveusement de droite à gauche et dont le corps remuait sensuellement sous les caresses du dominus ouvrit les yeux, un peu déçut que cesse les petits jeux au niveaux de son torse, avant de comprendre qu'il allait lui parler.

- « Si jamais…quelqu’en soit le moment…si tu veux arrêter….tu…ne te gène pas d’accord ?...tu m’arrête… »

Cette douce remarque sortie de l'attirante bouche du dominant fit s'ouvrir en grands les yeux surpris de l'animal en chaleur, dont le regard se fit immédiatement plus doux.

-...D'accord...

Il n'avait nullement l'envie d'arrêter. Son corps pouvait bien se crisper par moment, mais ça n'était rien de plus que des réflexes due à son vécu en la matière. Parce que jamais il ne c'était sentit tant en sécurité et en confiance auparavant. Et la gentillesse, l'attention que lui portait l'homme lui était encore toute nouvelle...

La tête du brun se reposa de nouveaux sur son frêle torse, s'appliquant à lui lécher les tétons, ses quelques mèches de jais le chatouillant sensiblement, quand un geste lents et pourtant prévisible fit se cambrer le neko en un gémissent sec.
Kyuki était en possession de la verge du servus qu'il s'évertuait à masser de plus en plus rapidement mais non sans douceur.

-Aah... Aaah... Mmmh...

Bien qu'esclave enjôleur et de prime abord peut être avenant en la matière, ces apparences cachaient pourtant une créature pudique, qui profitant de ne pas être sous le joug d'un bien mauvais seigneur, tentait discrètement de cacher ses honteux indices de plaisirs. Contrairement à Nijihi qui affirmait son bien être sans gène apparente, le neko rouge de jouissance et d'une certaine honte laissait son point fermé se balader sur son visage en sueur avant de se poser devant sa bouche, afin d'empêcher tout sons trop explicite de s'échapper.

A ce rythme là, il risquait de ne plus pouvoir tenir très longtemps. Absorbé par le plaisir que procuraient ses énergiques va et vient, il ne s'aperçut qu'à peine que son visage avait délaisser son torse pour descendre plus bas. Frémissant lorsqu'il vint lui chatouiller le nombril, il laissa un soupir s'envoler. Puis il ne put continuer à refouler tant de plaisir lorsque sa chaude langue effleura ses bourses et lorsqu'il sentit son doigt passer une dernière fois sur le bout de son hampe.

-N...Nihi...Aaaaah!...


Le neko se cambra un râle érayé et sonore, plantant machinalement les doigts dans les draps. Tout son corps se tendit lorsque la langue et les lèvres mutines de Kuyuki s'attaquèrent à leurs tour à son sexe durcit, et malheureusement pour lui, un plaisir trop fort à présent l'empêchait de réprimer ses réactions et ses soupirs. Une lenteur malsaine maintenait le plaisir et la libération très proche de sa liqueur lactée, ainsi que l'insoutenable sensation d'extase qui ne semblait que se faire attendre.
Puis un nouveaux cri sec retentit quand le pénis du chat se retrouva en bouche du dominus, qui s'adonna à la chose avec attention.

-Aahh... Aaah... Je... Aaanh... Nijihi...

Le souffle du neko se faisait saccadé comme jamais. Parler dans un tel moment d'exquis supplices devenait un effort considérable.

-Annh...Je... Je vais... aahh... Je ne peux plus...


L'animal gesticulant doucement et de manière sensuelle sous les habiles succions de son compagnon ne se sentait plus la force de retenir plus longtemps sa sève blanchâtre prisonnière. Et malgré sa volonté et ses efforts pour l'en empêcher, le chaton gêné d'un tel manque de retenu se déversa en un long cri félin, à mi-chemin entre un miaulement profond et un rugissement bestial.

Totalement vidé de son énergie, le neko laissa tous ses muscles se relâcher, laissant lourdement sa tête tomber de côtés, haletant comme petit animal épuisé.
Son torse se soulevait par convulsion, laissant à chaque retomber échapper un petit nuage de vapeur hors de ses lèvres humides, tandis que son cœur affolé reprenait peu à peu un rythme moins rapide. Toujours dans un état d'après- extase, Aï tourna faiblement sa tête vers Nijihi en entrouvrant les paupières. Il l'observa un moment puis avoua sans le quitter du regard:

-Tu es... Tu n'es vraiment pas comme les autres... Tu es... si... différent!...Il rit doucement, de sa voix aigre mais charmeuse, cachant par cet acte une mystérieuse petite lueur dans ses yeux. Puis, son regard pris bien malgré lui une expression plus triste et contrarié, sans pour autant ôter son sourire des lèvres.Pourquoi... comment en tant que dominus tu peux être aussi bon envers les animaux de bas étage que nous sommes, nous les servus?... C'est si... anormal!...

<center>_________________</center>


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Lun 29 Sep - 0:56

Migaru était une créature apparement sensible, et Kyuki s'en délectait. Il fallait avouer que ses soupir, ses gémissements qu'il tentait désespéremment de retenir et ses frémissement de plaisir étaient des plus exitants. Tout cela était vraiment délicieux et Kyuki se réjouissait des sensations qu'il provoquait chez le neko. Visiblement les oreille étaient chez cet être aussi, une zone érogène, tout comme le nombril, sans parler des tétons et de la verge.

Kyuki prenait du plaisir à ces instants, à faire découvrire le plaisir qu'on ressents sous de telles attentions, à Aoï...Il aimait ça, l'entendre gémir de bonheur, son corps intimant naturellement au dominus de continuer.

Il s'arreta le temps de prévenir le neko qu'il pouvait tout arrêter s'il le souhaitait, et une fois l'acquiescement reçut, il retourna à sa tâche.

il prit la verge en main et commença un doux massage. Migaru y était très récatif et le pauvre tentait déséspéremment de retenir et d'étoufffer ses gémissements de plaisirs. C'était vraiment délicieux. Il descendit un peu plus pour enfin prendre la hampe en bouche et arracha de superbe miaulement de plaisir au chaton.

Il s'évertua à le sucer avec passion et les gémissements et cris qu'il parvenait à soutirer étaient jouissifs. Et les mots qui s'échappèrent des lèvres du sylphe, étaient divins. Il ne pouvait plus se retenir, parfait...Le miaulement rugit ensuite par le neko fut orgasmique. Nul doute que s'il n'avait jouit quelques minutes auparavant, il l'aurait fait à ce moment là...

il lécha jusqu'à la dernière goute du breuvage laiteux puis se rallongea près du neko, s'installant sous les couvertures en soie, invitant le sylphe à faire de même. Celui-ci le regarda fixement avant de prendre la parole.

Tu es... Tu n'es vraiment pas comme les autres... Tu es... si... différent!...

Cette remarque fit beaucoup rire le dominus. Différent? Oui sans aucun doute. En même temps être un dominus élevé par un servus et avec des servus d'à peu près son âge...ça n'aidait pas à être comme les autres.

Pourquoi... comment en tant que dominus tu peux être aussi bon envers les animaux de bas étage que nous sommes, nous les servus?... C'est si... anormal!...

A ce moment là, le feu s'embrasa un peu.

- Des animaux de bas étages?!!!

Il était sur le cul. Il ne comprenait pas comment quelqu'un pouvait penser une telle chose de sa propre personne.

- C'est surprenant d'entendre de telle mot de la part d'un être qui fait tout pour n'être au service d'aucun autre...

Il regarda Migaru et soupira avant de se redreser.

- Je ne considère pas ...jamais je ne considererais un servus comme un animal de bas étage...je suis bien trop fier pour cela...Je...

Il regarda fixement le feu.

- Un jour, je n'ai pas réussit à semer une troupe...Un dominus très puissant. J'avais réussit à semer deux des troupes, mais j'étais épuisé...et je me suis fait avoir... Je me suis réveillé attaché et gardé...dans une chambre froide...Pendant plusieurs jours...j'ai...il...Si je n'avais pas hérité des pouvoir de mon père servus...je serais moi même au service d'un gros lard...Alors...je ne ferai jamais du mal à un servus...je ne suis rien de plus que votre égale...

Il baissa les yeux puis regarda de nouveau Migaru

- C'est vrai...après tout qu'est-ce qui nous différencie vraiment? Ca ne peut pas être l'argent, il me suffirait de te donner de l'argent pour que tu change de statu. ce n'est pas un pouvoir, puisque je possède le pouvoir d'un servus et je connais des dominus sylphe. Il n'y a rien qui nous différencie vraiment.

Il esquissa un nouveau sourire.

- Tu sais, ce manoir n'est pas à moi. Je ne vis pas ici en ayant des servus a mes ordres. Cette maison est aussi à eux...Avant de mourirs mes pères ont légué une partie du manoir à chacun d'eux...Leurs appartements leurs appartiennent...Et d'autres choses aussi...Par exemple, la cuisine est la propriété de Goku et d'Hakkai. Gojyo et Kenren possède la forge et l'armurerie. Tenpo est le chef de toute ma garde...etc...

Il se rallongea, se plaçant sur le côté et caresse les cheveux de Migaru.

- Et puis tu peux désormais te dire que tu es unique. Hors de ce manoir personne ne connais l'existence de ce tatouage...

dit-il avec un sourire malicieu en caressant l'interieur de sa cuisse, son tatouage en forme d'arc-en-ciel a travers une flamme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migaru (Aï) Maximilyus
Servus - CoAdmin
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 26
Localisation : Caché dans un arbre, en train de faire la sieste...
Date d'inscription : 13/08/2008

Feuille de personnage
Seme/Uke: Uke
Dominus/Servus de: Servus de Kyuki Nijihi
Petit ami de: Kyuki Nijihi

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 12 Oct - 2:54

Il étais heureux. Grisé par l'extase qui s'estompait lentement, et par l'étrange douceur du dominus qui ne tarda pas à prendre place à ses côtés, s'installant sous les couvertures qu'il voulait visiblement partager avec lui. Aï ne répondit qu'un léger sourire à son invitation, attendant de retrouver ses forces pour bouger et s'y installer, et il se contenta d'observer son hôte.
Il était beau comme un dieu, avec ses mèches de jais en batailles qui lui donnaient cet aspect excitament rebelle, ses mystérieux yeux fins et ses voluptueuses lèvres toutes aussi fines, ce corps si accueillant et protecteur à la fois... Mais ce n'étais pas tant son physique que sa nature douce et attentionnée qui l'intriguait. Un caractère si bon et chaleureux que s'en était presque gênant pour le servus...

Il le lui fit discrètement remarquer, et à cette réflexion le chat rit un peu, accompagné de l'éclat de l'autre. Mais rapidement il reprit un air plus sérieux. Cette situation lui était vraiment étrangère...

-Pourquoi... comment en tant que dominus tu peux être aussi bon envers les animaux de bas étage que nous sommes, nous les servus?... C'est si... anormal!...

- Des animaux de bas étages?!!!


Le neko tressaillit sous la brusque exclamation de Nijihi. Dans la cheminée, le feu c'était comme agité et il avait cru se faire gronder, et peu être en un sens était ce le cas...

- C'est surprenant d'entendre de tels mots de la part d'un être qui fait tout pour n'être au service d'aucun autre...

Surprenant?... Il ne comprenait pas pourquoi... Nijihi avait il imaginé qu'il était un animal fier et sûr de sa personne?... Ça n'était pas le cas... Sa condition de servus était un fardeau qu'il suivait depuis qu'il avait été fait serviteur de cet abominable tyran, son Maître Maximilyus. Et jamais il n'avait eut l'occasion de se percevoir comme autre chose que ce qu'on lui avait toujours montrer de lui: un esclave.
Migaru détourna le regard gêné. L'avait il déçut?... C'est ce qu'il craint en tout cas...
Ce regard insistant, ce soupir, puis ce réflexe inconscient de se relever ne firent que traduire la désolation et peut être un brin de contrariété chez le ténébreux. Migaru s'en voulu d'avoir parlé...
Peut être pour se cacher du jugement dont faisait preuve l'autre, il se mut sous les draps en gardant une certaine distance avec le dominus.

- Je ne considère pas ...jamais je ne considérerais un servus comme un animal de bas étage...je suis bien trop fier pour cela...Je...

-Quoi?...


Migaru tourna un regard perplexe vers Kyuki. Ce qu'il lui disait le touchait directement. Sans le savoir, il était en train de prendre vaguement conscience des choses...
Assi dans le lit, sa queue remuait lentement tandis qu'il écoutait attentivement son anecdote.
Il lui avait déjà dit savoir ce que c'était d'être traqué, et il le lui rappela par son histoire. Pourtant, ça lui paraissait si étrange que lui, un dominus, se soit presque retrouvé asservit et qu'il dégage une certaine compation pour les êtres de rang inférieur. Puis son cœur fut pris d'un sursaut lorsqu'il se présenta alors comme leurs égal.

Il aurait voulut répliquer, mais aucun mot ne parvint à décrire la confusion et l'émotion qui venait de l'envahir à cet instant.
Un Migaru troublé croisa les yeux de Nijihi et fut d'autre part rassuré par son sourire.

Les paroles du morphe agirent comme une clef qui vint ouvrir les yeux de Migaru. C'est vrai... il n'avait jamais pensé à tout ça... son rang de servus n'était ni due à l'argent, ni à sa race ou son pouvoir... mais alors, ou était la différence?... Il avait beau réfléchir sans pour autant détacher ses yeux de kyuki, la réponse ne lui venait pas...

Son sourire le fit revenir de son état de réflexion, et il s'immisça gracilement sous les couvertures sans quitter cette expression confuse et attentive de son visage.

Doucement, il lui expliqua que cette maison n'était pas que sa demeure personnelle mais qu'elle était aussi destiné à ses servus qui semblaient chacun posséder leur domaine... C'était comme... s'il vivaient comme une famille en fait... Oui... il avait aussi connu ça autrefois. Un dominus, et un servus, mais néanmoins une famille... sa famille... Au souvenir de son père dominus, un félin au caractère orgueilleux et sauvage mais protecteur et aimant, il se souvint qu'effectivement, tous les dominus n'étaient peut être pas des monstres et pouvaient avoir un certain respect pour les servus... enfin, même si on ne peut pas vraiment approuver ce dernier point pour son père, ou du moins à un certain degrés...

Le dominus se rallongea et vint caresser les mèches ambrées du neko qui se laissa faire sans opposition, rosissant tendrement de ce geste et se rapprochant même de lui. Ses larges yeux d'azurs brillaient de milles éclat, illuminés d'une lumière divine. Celle que dégageait le pyro avec ses paroles que jamais auparavant le chat n'avait entendu.
Il regardait d'un doux regard confus le dominus duquel il profitait des tendres cajolerie. Ce qu'il éprouvait en ce moment là était assez difficile à décrire... un mélange d'incompréhension et de reconnaissance infini... un mélange incompatible de joie et de tristesse... peut être lui faudrait il un peu de temps avant d'accepter ces nouvelles idées...

- Et puis tu peux désormais te dire que tu es unique. Hors de ce manoir personne ne connais l'existence de ce tatouage...

Étonné de l'air espiègle de l'homme, le chat suivit les mouvements sous les draps et vit alors la marque apposée sur sa cuisse parfaite. Le neko ne tarda pas à joindre sa main à celle de Nijihi, venant lui aussi caresser du bout des doigts le tatouage. Un tendre sourire fleurit sur son visage adoucit à l'idée de partager au même titre que tout ceux dans cette ''famille'' un secret inconnu au dehors.

-Qu'est ce que c'est?...
demanda t-il à propos de la signification de ce magnifique tatouage.

Sortant un peu de sous les draps, le neko observa une fois encore le visage de celui qui du haut de son titre de dominus était dépourvu de cette odieuse supériorité puis il se colla délicatement à lui et passa ses bras effilés autour de son cou avant d'y déposer ses lèvres. Avec douceur et sensualité, le félin suçota la peau au gout fort délectable du ténébreux tandis qu'il serrait son étreinte de plus en plus. Il resta un moment ainsi. Car risquer un instant de dévoiler l'humidité qui avait envahi ses yeux et qui pouvait par un excé trop fort dévaler ses joues, il ne pouvait pas l'accepter. Lui caressant le cou du bout du nez, ses fines jambes vinrent s'emmêler aux siennes, sa longue queue velu se frayant un passage au centre pour s'enrouler sur sa cuisse et frôler de son bout le flanc du dominus.

Tout en le câlinant, il roula doucement sur lui, jusqu'à se retrouver allonger sur son corps. Puis, ayant retrouver contenance, le chat s'en détacha et se redressa pour se retrouver assit sur son ventre. Le poid plume hésita un peu le regard perdu dans celui de l'homme sous lui, puis le détourna un peu rouge. Oui, il avait une idées en tête. Une idée née d'une certaine envie... pourtant la crainte le retenait un peu aussi...
Mais comment avoir peur de lui après tout ce qu'il lui avait dit? Et puis, est ce que ça ne l'avait pas même un peu rassuré et justement avivé d'avantage ce brasier inexplicable attisé dans son ventre?...

Une certaine gène affiché, le neko porta la main à sa bouche et suça son index suivit du majeur avec sensualité et désir. A chaque fois que son regard croisait celui de l'autre, il ne pouvait s'empêcher de le détourner subitement en rougissant. Quoi de plus normal face à ce qu'il s'apprêtait à faire? Ayant suffisamment humidifié ses doigts, le servus les fis gracieusement glisser le long de son torse, son ventre, jusqu'à dévier vers son flanc gauche et suivre le chemin vers l'arrière. Levant sa queue fougueuse et se contorsionnant pour facilité son cheminement, son visage se crispa légèrement en tentant de retenir quelques soupirs.

-Mmmh... mphh...

Ses doigts couverts d'un voile de salive étaient en train de s'occuper de son orifice qu'il s'évertuaient à ouvrir avec douceur et plaisir. Un regard furtif mais persant invita le dominus à l'aider dans sa tâche si l'idée lui plaisait.

Puis, lorsqu'il jugea que l'ouverture était bien préparé, le neko excité et quelque peu anxieux à la fois se plaça au niveau de l'entre jambe de l'autre et après s'être doucement emparé de la verge s'y enfourcha par succession de lentes incursions toujours plus profondes pour lui laissait le temps de s'habituer mais le faisant se crisper et gémir à chaque a coup.

-Mmmh... aah... Je... aah... Je t'avais dis que je voulais le faire avec toi!...
miaula t-il entre deux soupirs, le visage humide de plaisir mais un petit sourire timide et malicieux à la fois. Il continua quelques vas et viens, puis se courbant légèrement, les yeux clots par l'effort le chat avoua d'une voix saccadé et qui traduisait son entière soumission au dominus:

-Ce soir... aah... Je... je t'offre mon corps tout entier, alors... alors profite de cette faveur! Car rares sont les personnes auxquelles... je l'ai accordé... aaanh!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chu-kazuki.deviantart.com/
Kyuki Nijihi
Dominus
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   Dim 9 Nov - 1:57

Le Neko le rejoignit sous les draps et après quelques mots échangés…de façon plutôt animée…Nijihi lui montra le tatouage à sa cuisse et le blond lui demanda sa signification. Nijihi sourit en y repensant.

Ce blason avait été dessiné par son père dominus après sa naissance. Le fait que Hi tombe amoureux d’un servus avait été un drame sans parler du fait qu’il allait avoir un enfant avec niji. Les « ancêtres » l’acceptèrent malgré tout, heureux d’avoir un héritier…mais ils déchantèrent très vite en apprenant que hi comptait donner le nom de Nijihi à son fils. Comme leur noble rang pouvait-il être ainsi bafoué…pensait les ancêtres. Ils ne purent cependant rien contre cette décision. Puis plus tard, Hi mourut et les deux « ancêtres » s’invitèrent avec le notaire dans la demeure de Nijihi avec leur arrogance débordante. Ce fut à ce moment là que le coup de grâce fut donné. La majeure partie des biens de Hi était léguée à Kyuki, mais le reste était divisé entre tous les servus du manoir. Mais ce ne fut pas tout. La clochette de l’entrée retentit et deux hommes entrèrent munis de divers parchemins et gravures. Niji appris alors qu’il s’agissait du nouveau blason demandé par son compagnon. La dame ancêtre des hi folle de rage ne laissa pas le temps au servus de voir le dit blason. Il attrapa le parchemin et n’y jeta qu’un rapide coup d’œil. Ce qu’elle y vit l’horrifia et aussitôt le parchemin fut jeté dans la cheminé avec les gravures et la pouvoir de l’ancêtre hi se chargea de tout faire disparaitre. Nijihi avait essayé pendant des années de trouver une trace de ce blason, mais l’affaire avait été étouffé dans los par les Hi. Pourtant peu après la mort de son père servus, il avait découvert dans leur affaires personnelles, une petite boite a trésors contenant des photos, des poèmes et autres bricole à valeur uniquement sentimentale, et parmi elle un calepin, et un dessin, un croquis désormais tatoué sur l’intérieur de sa cuisse. Le croquis était accompagné d’un mot disant « notre vie, notre famille, notre maison, pour mon amour, aishiteru Niji » et de la signature de son père dominus. Depuis son avènement il tentait désespérément de faire passer le dit blason pour officiel mais en attendant il restait sa plus grande fierté et son plus grand secret en même temps.



-« Il s’agit du blason que je considère comme celui de la maison. Il a été dessiné par mon père dominus, symbolisé par le feu, pour mon père Niji, servus, symbolisé par l’arc-en-ciel…j’essaye d’en faire le blason officiel de ma lignée… »



Ensuite le servus se blottit contre Kyuki, enroulant sa queue et chatouillant son flanc, ce qui le fit frissonner. Le dominus eut la sensation d’humidité, mais décida de ne faire aucune remarque ayant bien remarqué la fierté du Neko.

Celui-ci se redressa, s’asseyant sur le ventre du dominus de feu. Rougissant d’une apparente gêne il se mit à suçoter ses doigts puis se tortilla afin de faire pénétrer ses doigts humides dans son intimité. Son visage se crispa une secondes puis il laissa échapper d’onctueux soupirs qui excitèrent grandement Kyuki. Le Neko était un véritable appelle à la luxure. D’un furtif regard il l’invita à la préparation. Kyuki avait chaud il était si excité. Il lécha ses doigts puis caressa l’intimité de Migaru avant de faire pénétrer un doigt puis deux. Il fit de doux mouvements de va et viens accompagnant les doigts du sylphe… bientôt, se sentant prêt, le Neko se redressa se retirant des doigts puis il prit la verge entre ses doigts et s’empala lentement arrachant d’exquis gémissement tant au servus qu’au dominus.



Le chaton parvint entre deux gémissements à lui dire qu’il l’avait prévenu de son désir de faire l’amour avec lui. En effet il lui avait dit, mais Kyuki ne s’attendait certainement pas à ça. Il commença alors de délicieux va et viens se soulevant et relâchant son corps, s’empalant à chaque geste sur son membre dressé, le faisant gémir de plaisir. Puis le Neko repris la parole, offrant officiellement son corps au dominus pour la soirée et lui assurant qu’il s’agissait là d’un privilège.



Kyuki se mordit la lèvre et posa ses mains sur les anches d son amant, le portant et bougeant son basin pour accentuer leurs mouvements.



- Haaa…Migaru…



Kyuki se redressa, s’agrippant au servus. Une main sur le bas de son dos, l’autre sur sa nuque. Il intensifia dans cette position, leur mouvement de luxure tout en embrassant la peau de son bien aimé. Il descendit sa main sur le milieu de son dos et passa l’autre sur son sexe qu’il se mit a masturber.



- Ahhh…han…Aoï…ahhh…



Ses cheveux d’ébènes étaient collés à son front, trempés de sueur. Il planta légèrement ses ongles dans la peau du Neko trop absorbé par le désir.



- Désolé…haa…mon dieu…comme c’est bon…han…



Il les fit rouler, faisant s’allonger Migaru, s’allongeant sur lui. Le mouvement les fit se séparer. Après un grognement, il fit écarter les jambes au Neko et s’y installa confortablement. Il lécha avidement son cou le mordillant doucement et le pénétra de nouveau avec douceur. Ses longs doigts fins se resserraient sur les draps tandis que le plaisir envahissait chacune de ses cellules. Ses mouvements étaient doux, sensuels, mais aussi passionné et fougueux. Cet étrange mélange de vigueur et de tendresse lui amenait des sensations exquises et il espérait qu’il en était de même pour son ange. Il accéléra progressivement allant toujours plus profondément en Migaru.

Le brun se redressa un peu pour pouvoir observer son amant gémir et se mouvoir sous ses va et viens. Le chaton était tout simplement magnifique. Ses cheveux d’or ambrés collant à son parfait minois sous la sueur. Ses grand yeux à moitié fermés…ces doux sons s’échappant de ses lèvres sucrées…ses joues rougit par la chaleur…cette superbe peau opaline recouverte d’une fine couche de sueur…ces même gouttes salées qui dévalent ses formes sous leurs mouvements réguliers…kami sama, comment était-il possible qu’une telle créature existe.



- Hnnn…Aï….Aï je…



Il se stoppa en pleine phrase. Ce qu’il allait dire…c’était …c’était…Il déglutit avec difficulté et caressa le front et la joue du Neko écartant les divines mèches d’or de son visage. Il déposa ses lèvres contre celle de Migaru et l’embrassa tendrement, mêlant sa langue à la sienne, mais aussi toute sa passion…



Il se redressa un peu et repris ses doux va et viens qu’il avait considérablement ralentit pendant cette observation. Il alla plus vite, plus profond. Il sentit soudainement le Neko se contracter, il avait été en contact avec une zone délicieusement érogène. Il s’activa donc à toucher cette zone à chaque mouvement, augmentant son plaisir exponentiellement. C’était véritablement délicieux.



- Aoï, han !!c’est si bon !!!



Il sentit le plaisir envahir chacune de ses cellules.



- Aï…Aishiteru….Hannn !!!

Sous le plaisir ses yeux brillèrent d’un brasier incomparable…Il était si rempli de plaisir que ses cheveux reprenaient leur couleur sang naturelle sans qu’il puisse le contrôler.



- Je t’aime Aï ! HANNNNN OUIII !!!

Il ne pensait pas être ainsi assaillit par le plaisir, il n’eut pas le temps de le prévenir de sa jouissance. Il atteint donc l’orgasme se libérant en Migaru. Tous les feux de la maison s’embrasèrent sous la puissance du sentiment et les flammes de la cheminée et des chandelles de la chambre bleue, ayyeignirent une telle température qu’elle devinrent bleues elles aussi le temps d’un court, très court instant.

Kyuki bougea encore un peu, quelques coups de hanches, plus calme, mais toujours doux. Puis il ralentit. Il continuait de très lent mouvement et s’arrêta enfin. Il resta cependant en appuis sur ses bras et regarda le Neko dans les yeux…comme hypnotisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le manoir de Kyuki : le réveil d'Aï
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» [Manoir des Melasinir] Préparatifs et retrouvailles. [Roxane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark world :: Hors RP :: Corbeille-
Sauter vers:  

Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit